Navigation

Les jeunes médecins s'enthousiasment pour la médecine de famille

Un sondage a pris le pouls chez les jeunes praticiens. Résultat: le médecin de famille a à nouveau le vent en poupe (archives). KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER sda-ats
Ce contenu a été publié le 25 avril 2019 - 13:00
(Keystone-ATS)

La pénurie de médecins de famille qui se fait sentir depuis des années semble terminée. La relève arrive, selon les jeunes médecins de premier recours. Des centaines d'entre eux ont pris la voie des cabinets. Toutefois, des efforts sont encore nécessaires.

Les jeunes médecins de famille ont plus confiance en l'avenir qu'il y a dix ans. Une association avait alors été créée qui s'engageait pour "une médecine familiale attractive, forte et dirigée vers l'avenir". Le JHaS regroupe des étudiants, des médecins en formation continue et des médecins de famille.

Un sondage publié jeudi par le groupe montre que l'engagement contre la pénurie a fait ses preuves. Les conditions cadres se sont améliorées. "Nous sommes sur le bon chemin, mais pas encore au but", selon la future présidente de l'association, Regula Kronenberg, citée dans le communiqué.

De l'assistant au chef

La clé du succès futur réside dans l'assistanat au cabinet. Selon le sondage, 350 cabinets suisses ont été repris par de jeunes praticiens. Deux jeunes sur cinq ont repris le cabinet dans lequel ils avaient assisté.

Cette pratique est un préalable à des soins de base durables. Les cantons devraient investir plus dans ces programmes, demandent les jeunes médecins.

De plus, de nouveaux modèles de cabinet finançables par les jeunes doivent être créés. Un retard doit aussi être comblé dans les études: une médecine de premier recours plus présente et des modèles de travail plus flexibles. Le soutien de la politique est nécessaire.

Pas de fossé urbain-rural

Les nouveaux chiffres montrent également que les jeunes médecins ne veulent pas uniquement exercer dans les villes ou les agglomérations. Les places en campagne sont aussi attractives. La relève se répartit de manière équitable, en fonction de la population.

L'enquête dévoile que la majorité de ces jeunes médecins se rattachent à de petits groupes de cabinet. Seul un praticien sur dix choisit d'exercer dans un cabinet individuel. Au total, les nouveaux médecins de famille soignent 700'000 patients.

Le sondage a été réalisé début 2019 par l'institut bernois de médecine familiale sur mandat du JHaS. Près de la moitié des plus de 1100 membres de l'association y a pris part.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.