Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les Lausannois se mobilisent contre le deal de rue

Pierre-Antoine Hildbrand, municipal en charge de la Sécurité de la ville de Lausanne, se retrouve avec l'épineux dossier du deal de rue sur les bras.

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Une manifestation contre le deal de rue a rassemblé une centaine de personnes mercredi en début de soirée à Lausanne. Le réalisateur Fernand Melgar a jeté un pavé dans la mare il y une semaine en publiant une chronique dans 24 Heures.

La tolérance pratiquée dans les rues de Lausanne face au deal de rue est remise en question. Tandis que différentes interpellations ont été déposées au Conseil communal de la capitale vaudoise, la présidente du PDC lausannois Sandra Pernet a appelé à manifester.

Le réalisateur Fernand Melgar, qui incarne la gauche humaniste avec ses documentaires qui défendent la population migrante, affirme que "le laisser-faire lausannois frise l'homicide par négligence". "On peut compter jusqu'à cinquante dealers dans un rayon de 100 mètres dans le quartier du Maupas, où le cinéaste habite", écrit-il dans sa chronique.

Pas de changement en dix ans

Fernand Melgar permet ainsi à l'exaspération des Lausannois de s'exprimer. Il dit agir en tant que citoyen et père d'un enfant de huit ans, qui va fréquenter l'école de Saint-Roch où les dealers, "à pied d'oeuvre dès le matin, abordent des adolescents qui vont à l'école".

En dix ans, la situation n'a pas changé. Si ce n'est que le prix de la boulette de coke est passé de 20 à 10 francs.

Le réalisateur a publié lundi sur sa page Facebook la photo de "six des 22 dealers qui attendent devant l'école Piere Viret et Saint-Roch la sorties des élèves de 10 à 16 ans". Il qualifie son quartier de "zone de non-droit".

Mercredi après-midi, son "post" avait été partagé plus de 7000 fois, "liké" plus de 3000 fois. Il avait également suscité plus de 700 commentaires.

Le dossier épineux du deal de rue a atterri sur le bureau du seul représentant de la droite à la Municipalité de Lausanne, le libéral-radical Pierre-Antoine Hildbrand, en poste depuis deux ans. Mais la Municipalité fait corps: une importante équipe de dealers était arrêtée dans un squat mardi. Elle convoque également la presse la semaine prochaine pour annoncer de nouvelles mesures en matière de lutte contre le deal de rue.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.