Navigation

Les mères des jeunes Israéliens disparus témoignent à l'ONU

Ce contenu a été publié le 24 juin 2014 - 13:21
(Keystone-ATS)

Présentes à Genève, les mères des trois adolescents israéliens enlevés le 12 juin en Cisjordanie ont témoigné mardi devant le Conseil des droits de l'homme à l'ONU. Elles ont demandé qu'on leur rende leurs enfants.

"Douze jours après, nous n'avons aucun signe de vie", a déclaré Rachel Frankel, la mère de Naftali Frankel. Le jeune de 16 ans a disparu près de Gush Etzion, une colonie israélienne située entre les villes palestiniennes de Bethléem et de Hébron, au sud de Jérusalem.

S'exprimant à la place d'UN Watch lors du débat sur la situation en Israël, Rachel Frankel a décrit son fils comme un enfant normal, qui aime le basket, la guitare, la cuisine et le cinéma.

"Un cauchemar"

"Pour toute mère dans le monde, voir que son enfant ne rentre pas de l'école est un cauchemar", a-t-elle dit, accompagnée des deux autres mères. Elle a remercié tous ceux qui ont condamné l'enlèvement des trois jeunes, dont le secrétaire général de l'ONU, et demandé leur retour immédiat.

"Beaucoup plus doit être fait, par beaucoup d'entre vous (...) pour que nos enfants rentrent à la maison", a ajouté Mme Frankel, en dénonçant la "cruauté" des ravisseurs. "Tout enfant a le droit de rentrer à la maison en sécurité", a-t-elle conclu, en rappelant au Conseil qu'il a pour mission de défendre tous les droits de l'homme.

Visite au CICR

Les trois mères des jeunes disparus doivent aussi se rendre au siège du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Genève. Le 15 juin, l'institution avait appelé à la libération immédiate et sans condition des trois jeunes, Eyal Yifrah, Gilad Sha'er et Naftali Frankel. Elle avait offert ses services comme intermédiaire neutre, sur une base strictement humanitaire.

Le CICR avait aussi rappelé que le droit international humanitaire interdit tout enlèvement et prise d'otages et que les prisonniers doivent être traités humainement, leur vie protégée et respectée.

Quatre jeunes Palestiniens tués

Depuis l'enlèvement le 12 juin, l'armée israélienne a monté une vaste opération de recherches dans la région de Hébron et les territoires palestiniens. Quatre jeunes Palestiniens ont été tués lors de ces recherches. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé le Hamas d'avoir enlevé les trois jeunes Israéliens, mais le Hamas a rejeté toute responsabilité dans cette affaire.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.