Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le réchauffement climatique profite aux oiseaux thermophiles comme le guêpier d'Europe ou le monticole bleu. Les perdants sont en revanche les espèces alpines, dont l'habitat ne cesse de se réduire. Le premier "Swiss Bird Index Climate Change" confirme les prévisions des spécialistes.

L'index établi par la Station ornithologique suisse prend en compte les 20 espèces dont on prédit le plus grand accroissement de l'aire de répartition et les 20 espèces menacées de la plus importante réduction de l'habitat, explique à l'ats le responsable de la communication Michael Schaad.

Selon le graphique, les effectifs des oiseaux thermophiles ont pratiquement doublé depuis 1990. La population d'oiseaux menacés est quant à elle restée stable.

Créer des secteurs de repli

La cigogne blanche a pu se multiplier. Les effets locaux, comme la quantité de nourriture ou la situation dans les quartiers d'hiver, ont pour l'instant une plus grande influence que le changement climatique, analyse M. Schaad.

Si la tendance n'est pas encore perceptible, le doute n'est pas permis, affirme la Station ornithologique. Il est difficile de prévoir quand, mais les effectifs des oiseaux menacés vont baisser. Afin d'y remédier, l'organisation basée à Sempach (LU) appelle à créer dès maintenant dans les Alpes des secteurs de repli.

ATS