Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ourses ont bien compris les avantages qu'elles peuvent tirer de la présence de leurs petits (archives).

KEYSTONE/EPA DPA/FRANK BIETAU

(sda-ats)

Les femelles ours bruns ont appris à profiter de la loi suédoise qui interdit aux chasseurs de s'en prendre aux mères avec leurs petits. Elles gardent leurs oursons plus longtemps avec elles comme "bouclier", ont constaté des chercheurs.

En Suède, les chasseurs peuvent tuer n'importe quel plantigrade solitaire de fin août à mi-octobre, mais les ourses avec leur progéniture sont protégées par la loi.

Ainsi, une femelle solitaire a presque quatre fois plus de risques d'être abattue qu'une congénère avec ses petits, indique cette étude publiée dans la revue Nature Communications, qui se base sur 22 années de données et d'observation de cette population d'ours bruns suédois.

"L'homme est désormais un moteur de l'évolution dans la vie des ours", a résumé dans un communiqué Jon Swenson, de l'université norvégienne pour les sciences de la vie. Certaines femelles ont effet adapté leur comportement pour vivre plus longtemps en sevrant leurs oursons un an plus tard.

Normalement, ces ourses gardent leurs bébés avec elles environ 18 mois. Mais à partir de 1995, les scientifiques ont vu des femelles étendre cette période à deux ans et demi.

Et entre 2005 et 2015, le pourcentage de femelles adoptant cette stratégie de deux ans et demi est passé de 7% à 36%, écrivent les chercheurs, notant que la plupart des femelles adoptent l'une ou l'autre stratégie une fois pour toutes.

"Bouclier contre la chasse"

Ces soins maternels "agissent comme un bouclier contre la chasse", ajoutent-ils. La nouvelle tactique est bénéfique pour la mère, mais aussi pour les petits, protégés des balles un an de plus, à un moment où ils sont particulièrement vulnérables.

Autre conséquence, les ourses s'occupant de leurs petits plus longtemps se reproduisent moins souvent. Mais ce coût est compensé par une vie plus longue. "Surtout dans les zones où la pression de la chasse est particulièrement importante. Là, les femelles qui gardent leurs petits une année de plus ont le plus grand avantage", estime Jon Swenson.

Dans les années 1930, la Suède comptait environ 130 ours bruns, mais grâce à la mise en place de mesures de conservation, leur nombre a augmenté rapidement, pour atteindre environ 2800 en 2013. Entre 2010 et 2014, les chasseurs suédois ont abattu environ 300 ours par an, selon l'université norvégienne.

"Il semble que ce soit la première étude qui suggère fortement un changement dans la fréquence des stratégies maternelles provoqué par la chasse", a indiqué Jon Swenson à l'AFP, précisant qu'il était difficile de savoir si le pourcentage de femelles gardant leurs oursons plus longtemps allait encore augmenter, ou s'il avait atteint un pic avec la stabilisation du nombre d'ours tués par les chasseurs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS