Navigation

Les réalisateurs de films inquiets de la restructuration à l'ats

La restructuration prévue à l'ats - ici une photo de la grève de la rédaction - aurait "des conséquences déplorables pour le paysage médiatique suisse", avertit l’Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films (archives). Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT sda-ats
Ce contenu a été publié le 21 février 2018 - 11:26
(Keystone-ATS)

L’Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films (ARF) s'inquiète de la restructuration en cours à l’Agence Télégraphique Suisse (ats). Dans un communiqué de soutien diffusé mercredi, elle utilise le terme de "destruction".

L'association "regrette particulièrement que le conseil d’administration de l’ats ne soit apparemment pas disposé à prendre en compte les revendications des travailleurs", écrit-elle.

Les cinéastes considèrent l’engagement des journalistes de l'ats contre la réduction substantielle des prestations d’information de l’entreprise comme "justifié et urgent, également dans l’intérêt d’un public suisse qui s’intéresse à un large approvisionnement des médias suisses en informations de qualité".

La suppression annoncée de 35,6 des 150 postes actuels de journalistes à temps plein et la réduction massive des services de l’ats auraient des "conséquences déplorables" pour le paysage médiatique suisse, avertit l'ARF. Parmi ses membres figurent des réalisateurs comme Frédéric Gonseth, qui tourne un documentaire sur l'ats, Lionel Baier, Markus Imhoof, Stefan Haupt ou Ursula Meier.

Lundi, le conseil d'administration de l'ats a considéré que les négociations avec la commission de la rédaction ont échoué, après quatre réunions. Vendredi dernier, le conseil d'administration avait déjà indiqué qu'il souhaite désormais s'en remettre à l'Office fédéral de conciliation du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). La rédaction doit réunir pour prendre position.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article