Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les raids russes en Syrie ont fait 18'000 morts dont 8000 civils

Les Casques blancs ont recensé des frappes russes sur 19 écoles, 12 marchés publics et 20 établissements médicaux, ainsi que sur 21 de leurs centres de secours. Moscou de son côté affirme que les "frappes de l'aviation ont visé avec précision les cibles terroristes" (archives).

KEYSTONE/AP Syrian Civil Defense White Helmets

(sda-ats)

Les frappes russes en Syrie ont fait plus de 18'000 morts, dont près de 8000 civils, depuis le début il y a exactement trois ans de l'intervention militaire de Moscou au côté du régime syrien, selon une ONG. Moscou a fourni dimanche des chiffres bien différents.

D'après le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Rami Abdel Rahmane, "18'096 personnes ont péri dans des frappes russes en Syrie entre septembre 2015 et septembre 2018, dont 7988 civils, soit 44% du bilan total".

Parmi les victimes figurent également 5233 combattants du groupe djihadiste du groupe Etat islamique (EI) et 4875 combattants de divers groupes rebelles, islamistes et djihadistes, selon l'Observatoire. L'ONG basée en Grande-Bretagne dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre.

Moscou parle de 85'000 "terroristes"

Moscou a fourni dimanche des chiffres bien différents. Selon la Commission de Défense du Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement russe, l'armée de l'air russe a tué 85'000 "terroristes" en Syrie depuis 2015.

"Toutes les frappes de l'aviation ont visé et visent encore avec précision les cibles terroristes. En trois ans, des dizaines de milliers de cibles terroristes ont été détruites (entrepôts de munitions, zones fortifiées, points de commandement)", a indiqué le président de la Commission de Défense, Viktor Bondarev, cité par l'agence Interfax.

"Environ 100'000 terroristes ont été tués, dont près de 85'000 par notre aviation", a-t-il ajouté.

Ecoles frappées

Alliée de poids du régime de Damas, la Russie intervient en Syrie depuis le 30 septembre 2015 et a toujours nié avoir ciblé des civils.

Dans un rapport publié dimanche, les Casques blancs syriens - les secouristes volontaires opérant en zones rebelles - ont affirmé être intervenus dans des bâtiments utilisés par des civils à la suite de dizaines de raids russes depuis 2015. Ils ont recensé des frappes sur 19 écoles, 12 marchés publics et 20 établissements médicaux, ainsi que sur 21 de leurs centres de secours.

"La Russie a montré son mépris pour les zones de (...) cessez-le-feu, de 'désescalade', en poursuivant les raids aériens contre des espaces civils", ont accusé les Casques blancs.

Confinés à Idleb

L'implication de Moscou dans le conflit syrien a permis de changer drastiquement la donne militaire. "Le régime contrôlait seulement 26% du territoire syrien" à la veille de l'intervention russe, quand l'EI en contrôlait plus de 52%, selon l'OSDH.

Désormais, les forces loyalistes ont repris les deux-tiers du pays, tandis que l'EI a quasiment été rayé de la carte, sous le coup de deux offensives distinctes, l'une menée par le régime et son allié russe, l'autre dirigée par Washington avec l'aide de forces arabo-kurdes.

Les rebelles, qui ont perdu au cours des derniers mois leurs ultimes bastions dans le sud du pays et dans les environs de Damas, sont aujourd'hui essentiellement confinés dans la province d'Idleb (nord-ouest).

Accord turco-russe

Le 17 septembre, un accord conclu entre la Russie et la Turquie, soutien de groupes insurgés, est parvenu à éloigner la perspective d'une offensive du régime sur cette province.

Plus de 360'000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début du conflit, déclenché par la répression sanglante de manifestations anti-gouvernementales.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.