Toute l'actu en bref

Aevis Victoria, ici avec son administrateur délégué Antoine Hubert, déplore le choix de LifeWatch de ne pas recommander son OPA (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Aevis Victoria regrette la décision du conseil d'administration de LifeWatch de rejeter son offre publique d'achat (OPA) sur le fournisseur de matériel de suivi médical à distance. Le groupe de cliniques privées et d'hôtels de luxe ne change rien à ses intentions.

La société de Granges-Paccot (FR), dirigée par Antoine Hubert, a publié le prospectus de l'OPA le 20 février déjà. Le délai de la transaction court depuis le 7 mars jusqu'au 10 avril. Aevis Victoria propose pour chaque titre LifeWatch 0,1818 de ses propres actions d'une valeur nominale de 5 franc ou 10 francs nets en numéraire.

Question de valorisation

Vendredi soir, le conseil d'administration de LifeWatch a indiqué recommander de rejeter l'OPA annoncée par Aevis Victoria le 24 janvier. L'entreprise d'origine israélienne mais domiciliée à Zoug, parce que cotée à la Bourse suisse, estime notamment que le montant proposé ne reflète pas sa valorisation réelle.

LifeWatch déplore en outre une absence de synergies identifiables. La société juge préférable de poursuivre ses activités de manière autonome, voire de collaborer avec un partenaire industriel promettant de réelles synergies. La direction soutient également la recommandation faite aux actionnaires de rejeter l'offre d'Aevis.

Position contradictoire

De son côté, Aevis Victoria déplore la recommandation, en particulier parce que le conseil d'administration avait appelé de ses voeux il y a un an l'entrée d'un potentiel actionnaire de référence. Le groupe d'Antoine Hubert regrette encore le fait que le refus ne s'accompagne pas d'indications chiffrées précises.

Le délai supplémentaire de l'offre d'acquisition est par ailleurs prévu du 19 avril au 3 mai. Le résultat définitif sera dévoilé le 9 mai. Aevis Victoria compte, avec le rachat, renforcer ses activités dans la télémédecine. LifeWatch deviendra une filiale du groupe de cliniques privées et d'hôtels de luxe fribourgeois.

ATS

 Toute l'actu en bref