Navigation

Ligue des champions: la Juve en Suisse, une longue histoire

Ce contenu a été publié le 10 décembre 2018 - 14:35
(Keystone-ATS)

La venue de la Juventus en Suisse crée à chaque fois l’évènement dans la diaspora italienne.

L’arrivée du club piémontais mercredi à Berne pour y affronter les Young Boys dans le cadre de la dernière journée de la phase de groupes de Ligue des Champions va mobiliser des milliers de Juventini de Suisse. Et le relatif faible enjeu du match (la Juventus doit uniquement défendre sa 1re place du groupe, YB finira dans tous les cas dernier) ne rafraîchira pas leur enthousiasme.

Une ferveur qui ne date pas d’hier: des immigrés de la 1re génération se souviennent aujourd’hui encore de matches de la Juventus en Suisse dans les années soixante, au plus fort de la vague d’immigration italienne. C’était l’époque de la Coupe des Alpes, compétition aujourd’hui disparue, et qui réunissait à ses débuts presque uniquement des clubs suisses et italiens.

Dans ce cadre, la Juventus avait ainsi rencontré le FC Bâle au Stade Saint-Jacques en 1963 ou les Young Boys à Berne en 1966. Des rencontres qui avaient permis d’admirer des joueurs tels que la star italo-argentine Omar Sivori ("il était meilleur que Maradona", jurent encore aujourd’hui certains de ces vieux supporters).

Aujourd’hui, il y a la "même excitation", assure à Keystone-ATS Omar Pisanello, président du Juventus Club Neuchâtel.

Dans les années 80, les tifosi de Suisse avaient été particulièrement gâtés par la "Vieille Dame" du football italien: pendant plusieurs années consécutives, le club bianconero a en effet organisé son camp d’entraînement d’été en Suisse, pour profiter du bon air helvétique mais aussi pour échapper, en partie du moins, à la présence parfois "asphyxiante" des fans en Italie.

En 1986, la Juve avait inauguré ce cycle à Macolin, sur les installations du centre national de sport, avant de se rendre par la suite à Buochs, au bord du lac des Quatre-Cantons.

Ces séjours en Suisse donnaient lieu au "pèlerinage" de milliers de supporters. Les joueurs y étaient encore relativement accessibles pour échanger quelques mots ou prendre une photo. "A Buochs, j’avais discuté avec tous les joueurs, y compris des stars comme Roberto Baggio ou Gianluca Vialli", se souvient M. Pisanello.

En Suisse, la Juventus a également pu enrichir son palmarès. En 1984, elle y avait en effet décroché l’un de ses titres européens, la Coupe des vainqueurs de Coupes, en battant le FC Porto lors de la finale disputée au Stade Saint-Jacques (2-1, buts de Vignola et Boniek pour les Italiens, et de Sousa côté portugais).

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article