Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - La qualification miraculeuse de l'Olympique lyonnais en 8e de finale de Ligue des champions, après la correction infligée au Dinamo Zagreb sur son terrain (7-1), a attisé les soupçons.
Toutefois, "aucun pari illégal" n'a été décelé permettant d'accréditer la thèse d'un match truqué.
"Nous avons implanté un système de détection de fraudes (...) qui s'intéresse à 29'000 rencontres par saison et utilise les données de plus de 400 organismes de paris. Pour le moment, ce système n'a montré aucun mouvement de pari illégal justifiant une enquête", a insisté l'UEFA.
De même, en France, l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) a précisé n'avoir relevé "aucune anomalie particulière" en lien avec le large succès de Lyon.
Pour les quotidiens sportifs espagnols, le scénario de Zagreb mercredi soir était cependant trop beau pour être vrai. "Quelque chose s'est passé à la mi-temps" du match, alors que le score n'était encore que de 1-1, a accusé jeudi matin le journal "AS", soulignant les six buts marqués ensuite par Lyon en l'espace de 28 minutes, synonymes de billet pour les huitièmes de finale de la compétition, avec en bonus un chèque de 800'000 euros versé par l'UEFA pour chaque victoire.
Image à l'appui, grâce à une capture d'écran réalisée lors de la diffusion télévisée de la rencontre, "AS" montre sur son site internet "le geste de complicité étrange" entre Vida et Gomis, attaquant de l'OL, après le 5e but lyonnais, quand "le joueur du Dinamo lui fait un clin d'oeil en levant le pouce".
"Bizarre, bizarre, bizarre", titrait de son côté "Marca", en s'interrogeant sur "l'étrange correction" infligée au Dinamo par les Lyonnais. Plus direct, "El Mundo Deportivo" a lui "crié au scandale", plaçant clairement la victoire de Lyon "sous le signe du soupçon".
Réaction épidermique après les accusations de Yannick Noah fin novembre visant les sportifs espagnols, accusés de posséder "une potion magique" qui expliquerait leurs performances ? C'est clairement l'opinion de Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, au micro d'Europe 1.
"C'est une réponse des médias espagnols à cette polémique initiée par Yannick Noah, a-t-il assuré. Il ne faut pas imaginer des choses tout à fait impossibles. Côté espagnol, c'est assez mauvais joueur et pas très fair-play."

ATS