Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"On a démontré qu'on était la meilleure équipe du monde." Difficile de donner tort à Karim Benzema, tant le Real Madrid a écrasé la finale de la Ligue des champions face à la Juventus (4-1).

Trois titres en quatre ans: le Real Madrid est en train de rendre normal l'extraordinaire. Pour lui, en tout cas: alors que tous les ambitieux d'Europe s'arment à grand renfort de millions d'euros pour tenter de conquérir la C1, lui continue de dominer la meute de la tête et des épaules.

Cela fait donc sept saisons consécutives que les Madrilènes atteignent au moins les demi-finales de l'épreuve. Et, face à une Juventus progressivement dépassée samedi par la maîtrise collective du Real, ils ont conquis la 12e Ligue des champions de leur histoire.

Le Real a pourtant perdu cette saison le titre de club ayant, selon le cabinet Deloitte, le plus de revenus au monde. Cela faisait onze ans que la Maison Blanche confisquait ce statut, mais elle a été détrônée par Manchester United.

Et, sportivement, la Juventus semblait la plus à même de disputer au Real son leadership européen: n'a-t-elle pas balayé en quarts de finale le grand rival barcelonais, avant de sanctionner la jeunesse et l'enthousiasme de Monaco d'un clinique 2-0, 2-1 en demi-finale.

Maîtrise collective

Mais, Mehdi Benatia l'a constaté depuis le banc de touche samedi à Cardiff: "il faut reconnaître la supériorité du Real, je pense qu'ils n'ont pas volé leur victoire".

Les Madrilènes ont impressionné par leur maîtrise collective, leur qualité technique, leur sang-froid à toute épreuve. "On sait qu'avec la tranquillité, on a les capacités pour marquer à tout moment", a expliqué Raphaël Varane après avoir empoché, à 24 ans seulement, la 3e C1 de sa carrière.

Cette sérénité est à mettre au crédit de la légende madrilène Zinédine Zidane, ancien joueur de génie devenu entraîneur à qui tout réussit: à seulement 44 ans, et en une saison et demie, il a apporté au Real deux coupes d'Europe et un titre de champion d'Espagne qui le fuyait depuis cinq ans.

Calme et serein

Pendant le match, Zizou "était tranquille, comme d'hab'! Calme, serein, comme il l'est toujours", a expliqué Karim Benzema. "Je ne vais pas dire que je suis vraiment bon, parce qu'avant j'étais censé être mauvais et maintenant je suis censé être le meilleur", a placidement observé l'entraîneur français. "J'aime le foot et j'ai la chance d'être dans ce club avec cette grande équipe. Nous avons très bien travaillé toute la saison".

Un entraîneur respecté, des joueurs au sommet de leur art, une interdiction de recrutement finalement levée et une star, Cristiano Ronaldo qui, critiquée, accusée d'avoir trop vieilli, d'avoir trop gagné, a inscrit un doublé face à la Juve et sans doute d'ores et déjà gagné le 5e Ballon d'Or de sa carrière, après 2008, 2013, 2014 et 2016. Qu'est-ce qui pourrait empêcher le Real de continuer à régner en maître sur le toit de l'Europe?

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS