Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cruelle issue au Stade de Suisse pour le BSC Young Boys.

YB avait préservé toutes ses chances de qualification pour la Ligue des champions face au CSKA Moscou. Jusqu'à la 91e et un but gag contre son camp de Kasim Nuhu, qui a offert aux Russes la victoire 1-0 dans ce barrage aller bien amer pour les Bernois.

Impeccable au coeur de la défense d'YB, Nuhu a perdu toute sa lucidité en lobant son propre gardien de la tête dans le temps additionnel.

Une issue cruelle pour des Young Boys qui avaient fait le travail, en se montrant certes plus sérieux que fougueux mais qui s'apprêtaient à voyager mercredi prochain vers Moscou avec un bon nul dans les bagages sans avoir encaissé de but à domicile...

D'abord la maîtrise, ensuite le forcing, les intentions d'YB ont paru claires au Stade de Suisse. La première mi-temps a sans doute répondu aux attentes du coach Adi Hütter, pour qui l'objectif premier était de ne surtout pas se saborder d'entrée de match. Ce que les Bernois n'ont pas fait, livrant une copie très sérieuse.

Bien sûr, la rigueur à outrance a les défauts de ses qualités et les Young Boys ne pouvaient décemment pas espérer mieux qu'un 0-0 à la pause en faisant preuve d'autant de retenue. Ils avaient pourtant eu quelques opportunités - notamment deux fois par Sulejmani (17e/38e) -, mais l'engagement offensif général n'était pas suffisant pour faire vaciller ce CSKA expérimenté.

Peut-être rassuré par sa première période et constatant que les Moscovites n'étaient animés que par l'envie d'attendre sagement le match retour, YB a su mettre plus de folie et d'entrain dans son jeu après la pause. Les occasions ont existé, pour Assalé à la 48e, pour Bertone à la 58e, pour Sulejmani à la 60e et surtout pour Hoarau à la 79e (quel réflexe d'Akinfeev!), une scène litigieuse aurait pu faire basculer la rencontre (intervention de Vasin sur Assalé dans la surface à la 64e), mais rien n'y a fait.

Les circonstances seront bien différentes mercredi prochain à Moscou, dans le repaire d'un CSKA qui sera animé d'autres intentions que de simplement se contenter de gérer tranquillement tout en essayant timidement de placer une banderille (comme ce tir de Fernandes détourné du tibia par Von Ballmoos à la 49e).

Le pronostic ne sera bien évidemment pas en faveur des Bernois. Mais il ne l'était pas non plus avant avant ce premier acte.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS