Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Young Boys ont besoin d'un petit miracle ce soir à Monaco pour espérer poursuivre leur chemin après le match aller perdu 1-3 en qualification de la Ligue des champions.

Le match nul arraché ce week-end dans les dernières minutes à St-Gall - le troisième 1-1 en trois matches de Championnat - n'a pas aplani tous les doutes pour YB. L'agitation autour de Berne est palpable et pas seulement dans les médias. Le soutien absolu des responsables envers l'entraîneur Uli Forte fait défaut, et le ton dans les forums de supporters contre l'équipe et l'entraîneur est tout sauf encourageant. Les fans privés de titre depuis près de 30 ans recherchent aussi du beau jeu tourné vers l'offensive.

Avant les rencontres capitales à domicile face à Thoune et à Lugano et le match de Coupe à Kriens, Uli Forte et son équipe s'offrent à Monaco l'occasion de chercher à retrouver un style de jeu efficace à l'extérieur comme cela s'est vu très parcimonieusement lors des deux derniers matches. Il est toutefois difficile de croire à un retournement complet, d'autant que l'effectif est affaibli par les blessures d'Alexander Gerndt, de Guillaume Hoarau, de Sékou Sanogo, de Renato Steffen et de Loris Benito, qui sont tous restés à Berne.

De son côté, Monaco, quart de finaliste de la dernière Ligue des champions, n'a toujours pas repris le Championnat, ce qui sera fait ce week-end contre Nice. Sans toucher au génie, la formation dirigée par le rusé Leonardo Jardim paraît bien trop armée sur le plan du jeu défensif pour se retrouver en danger face à une attaque famélique comme l'est celle des Bernois actuellement. Et sur le plan offensif, les Monégasques alignent quelques talents comme Mario Pasalic, l'auteur du 1-3 à l'aller.

ATS