Futur directeur sportif de Davos mais encore responsable des équipes nationales, Raeto Raffainer souhaiterait que des coaches de National League puissent épauler Patrick Fischer avec la Suisse.

Réunie en assemblée ce vendredi, la Ligue va devoir accepter ou refuser cette proposition.

"J'aimerais bien que nous trouvions une solution pour conserver Christian Wohlwend dans le staff de l'équipe nationale." Ces mots prononcés par le sélectionneur Patrick Fischer lors de la conférence de presse organisée après la défaite de la Suisse en quart de finale du Championnat du monde en Slovaquie sont passés sous le radar. Et pourtant. Le désormais coach de Davos ne peut plus porter les casquettes de deuxième assistant de "Fischi" et d'entraîneur de la Suisse M20.

Seulement le directeur sportif de Davos s'appellera bientôt Raeto Raffainer, lequel arrive au terme de son mandat de responsable des équipes nationales. Et l'Engadinois voudrait bien que ce problème de double casquette n'en soit plus un dans le futur. Voilà pourquoi il a proposé de mettre ce point à l'ordre du jour de la prochaine assemblée de la Ligue qui se tiendra vendredi à Saillon.

Berne dit non

"Dernièrement, on avait demandé à Berne si l'on pouvait compter sur Lars Leuenberger (réd: directeur du scouting bernois) comme 2e assistant de Fischer pour un tournoi, explique Raffainer à Keystone-ATS. On était d'accord, mais Berne n'était pas content qu'on ait fait cette démarche. J'ai accepté leur décision. Mais après on voit Heinz Ehlers entraîner le Danemark au Championnat du monde et Kari Jalonen faire du consulting pour l'Allemagne. Je trouve ça dommage que d'autres pays profitent des compétences de ces entraîneurs qui officient en National League et pas la Suisse."

S'il existe une réticence de la part des clubs à imaginer certains pouvoir endosser deux casquettes, c'est qu'il existe un fameux précédent. Flashback en 1996. A cette époque Arno del Curto dirige Lucerne en 1re ligue et l'équipe de Suisse M20, mais il signe à Davos où il va commencer un règne de 23 ans. Le charismatique Grison n'a pas peur de faire confiance aux jeunes et recrute Mark Streit et Sandro Rizzi qu'il avait sous ses ordres en sélection juniors. Suivront Sandy Jeannin et Michel Riesen, ainsi que la colère des autres clubs de National League, furieux de voir ces talents uniques poursuivre leur carrière dans les montagnes.

"Honnêtement, je pense que ce ne serait plus possible aujourd'hui, estime Raeto Raffainer. Les joueurs ont des agents. Et puis c'est une question de confiance que tu ne veux pas briser. Il y aurait une tolérance zéro en cas de communication pendant cette période. Nous avons déjà abordé cette question avec différents comités et les retours sont positifs. Le manager des Zurich Lions, Peter Zahner, trouve bien d'en rediscuter."

Des Davosiens omniprésents

Du côté du directeur général de Fribourg-Gottéron Raphaël Berger, présent en Valais pour représenter son club, il existe quelques zones à éclaircir: "C'est Davos qui remet ça sur la table. Raffainer sera directeur sportif, Wohlwend va entraîner et le coach des gardiens en équipe nationale Peter Mettler va s'occuper des portiers davosiens. Je vois mal comment conjuguer tous ces postes. On va en discuter et je pense que ça va faire débat. Je poserai des questions."

Le directeur sportif de Bienne, Martin Steinegger, a le coeur qui balance: "Ce n'est pas idéal. Ca va donner lieu à des discussions. On sait comment ça se passe dans un vestiaire et forcément qu'un assistant qui côtoie un joueur pendant trois ou quatre semaines va davantage le connaître. Et les gens vont naturellement se parler, c'est humain. Mais on doit aussi voir ce qui est le mieux pour l'équipe nationale."

Les deux dirigeants sont cependant d'accord pour dire que les exemples de Jalonen et Ehlers ne sont pas pertinents. "Cela ne regarde pas les autres clubs du championnat parce qu'il s'agit d'une relation entre un employé et son employeur, précise Raphaël Berger. Si Berne ou Langnau acceptent la situation, nous n'avons rien à dire. Là c'est différent puisqu'on parle de la Fédération suisse."

Dans sa proposition, Raffainer n'a évoqué que les rôles "secondaires" et non la position de sélectionneur. Pourrait-on imaginer dans le futur un head coach de National League officier en même temps à la tête de l'équipe nationale? "Je ne pense pas", estime le Grison, mais pour des raisons pratiques et non pas de principes. "La Fédération veut quelqu'un toute l'année."

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.