Toute l'actu en bref

La Patrouille suisse reçoit un coup de pouce du parlement lucernois

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

Le parlement lucernois ne veut pas rogner les ailes de la Patrouille suisse, basée à Emmen (LU). L'exécutif cantonal a refusé lundi de restreindre les activités de la patrouille acrobatique des Forces aériennes suisses.

Un postulat émanant des Verts interdisait aux avions de la Patrouille suisse de pratiquer des vols de formation, d'entraînement ou de spectacle aérien au-dessus du territoire cantonal densément peuplé. La proposition a été sèchement refusée par 92 voix contre 19.

Ce postulat était motivé par l'incident survenu le 9 juin lors d'un show aérien à Leeuwarden, aux Pays-Bas. Deux avions Tiger F-5 de la patrouille s'étaient percutés. L'un d'eux s'était abîmé dans un étang après l'éjection du pilote. L'autre appareil est parvenu à atterrir sans encombre et son occupant s'en est sorti indemne.

Risque restreint

Monique Frey, qui a déposé le postulat, avait argumenté que cet incident reflète le risque qui pèse sur la population habitant la région d'Emmen. En outre, les immissions liées au bruit péjorent la qualité de vie de la population.

Des arguments qui n'ont pas été entendus par le Grand-Conseil: un seul incident en 53 ans d'histoire de la patrouille démontre que le risque est restreint, ont plaidé les opposants.

Suite l'incident de Leeuwarden, les Forces aériennes ont annoncé en avril dernier prendre des mesures: les avions devront voler plus haut et en formation moins rapprochée.

L'armée suisse compte développer le site d'Emmen dès 2018, augmentant de 20% les mouvements des avions, ceci afin de compenser la fermeture de la base aérienne militaire de Sion.

ATS

 Toute l'actu en bref