Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Etats membres de l'OMS, réunis depuis lundi à Genève, ont décidé vendredi d'adopter une cible mondiale pour lutter contre les maladies non transmissibles. Ils se sont engagés à réduire de 25% d'ici à 2025 la mortalité prématurée liée à ces maladies.

Les délégués de la 65e Assemblée mondiale de la santé ont adopté par consensus un projet de décision présenté par l'Australie, Barbade, le Brésil, le Canada, les Etats-Unis, la Russie, la Norvège, la Suisse et la Thaïlande.

Les délégués ont aussi décidé d'organiser une réunion des Etats membres avant la fin octobre pour arriver à un consensus sur des cibles précises pour les quatre grands facteurs de risque, à savoir le tabagisme, l'usage nocif de l'alcool, une mauvaise alimentation et la sédentarité.

La réunion d'octobre fera rapport au Conseil exécutif de l'OMS en janvier, pour approbation par la prochaine assemblée mondiale en mai 2013.

Deux décès sur trois

Les maladies non transmissibles, dont les maladies cardiovasculaires, respiratoires, le diabète et les cancers, sont à l'origine de 36 millions de décès par an dans le monde, soit le 63% de tous les décès. Parmi ces 36 millions de décès, le quart sont prématurés, soit surviennent avant l'âge de 60 ans, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon l'OMS, un adulte sur trois est atteint d'hypertension artérielle et un adulte sur six souffre de diabète dans le monde. L'obésité a doublé en 30 ans. Aujourd'hui, un demi-milliard de personnes (12% de la population mondiale) sont considérées comme obèses.

ATS