Navigation

Mandat d'arrêt contre un important opposant à la junte thaïlandaise

Ce contenu a été publié le 30 juin 2014 - 03:00
(Keystone-ATS)

Un tribunal militaire thaïlandais a émis un mandat d'arrêt contre un ex-ministre ayant rejoint un mouvement anti-junte organisé depuis l'étranger. Il se base sur des saisies d'"armes de guerre" montrées à la presse.

Cette procédure judiciaire contre Jakrapob Penkair intervient quelques jours après le lancement de l'Organisation des Thaïlandais libres pour les droits de l'Homme et la démocratie, premier mouvement structuré dénonçant le "vol" du pouvoir par la junte.

La police thaïlandaise a annoncé ces mandats contre Jakrapob et trois autres personnes, "en lien avec des armes de guerre découvertes dans le pays". La junte a exposé fusils, grenades et gilets pare-balles comme autant de preuves d'une préparation de résistance armée.

"Je ne suis impliqué dans aucune lutte armée. Je crois dans la lutte politique, sociale et culturelle", s'est défendu l'ancien ministre dans un communiqué.

Les militaires ont assuré avoir saisi depuis le coup d'Etat du 22 mai près de 2000 armes à feu et plus de 250 explosifs divers, et procédé dans ce cadre à l'arrestation de 38 personnes. Ces armes visaient à "créer des violences" dans le nord-est du pays, bastion électoral du précédent gouvernement civil, a assuré Werachon Sukondhapatipak, porte-parole de la junte.

L'armée a suspendu la Constitution et exclu des élections avant au moins un an, limité les libertés individuelles, imposé un contrôle des médias et interdit les manifestations.

Les militaires ont depuis le putsch convoqué des centaines de personnes, principalement des partisans de l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, chassé du pouvoir par le précédent coup d'Etat en 2006. Elles ont dû s'engager par écrit à se retirer de la politique.

L'armée a expliqué avoir pris le pouvoir pour restaurer l'ordre public après sept mois de manifestations meurtrières contre le gouvernement de Yingluck Shinawatra, soeur de Thaksin. Au coeur du conflit politique thaïlandais, la domination de la scène politique depuis 2001 par des partis créés par Thaksin, mal supportée par les élites traditionnelles proches du palais royal, dont l'armée.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.