Navigation

Marée noire à Maurice: l'armateur du navire promet 8,6 millions

La poupe du MV Wakashio, surmontée de la superstructure, reste échouée sur le lieu du naufrage (archives). KEYSTONE/EPA/LAURA MOROSOLI sda-ats
Ce contenu a été publié le 11 septembre 2020 - 06:53
(Keystone-ATS)

L'armateur japonais du navire, qui a provoqué une fuite d'hydrocarbures sur la côte de l'île Maurice, a promis vendredi de débourser l'équivalent d'environ 8,6 millions de francs en guise de dédommagement. La somme doit notamment contribuer à la dépollution.

La somme vise également à protéger les espaces de mangroves et les coraux ainsi que mettre en place d'un fonds pour restaurer l'environnement local, a indiqué la compagnie Mitsui OSK Lines dans un communiqué.

Le vraquier MV Wakashio a heurté un récif de Maurice le 25 juillet, et une partie des 3800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel qu'il transportait s'est répandue par la suite dans les eaux cristallines de l'île, qui attiraient de nombreux touristes avant la pandémie due au coronavirus.

Plus de 1000 tonnes d'hydrocarbures se seraient échappées du navire, le reste ayant pu être pompé à l'intérieur de la coque avant qu'elles ne se répandent dans la mer. La plus longue partie de l'épave brisée en deux a été remorquée au large et coulée à grande profondeur. Mais le reste du navire, la poupe surmontée de la superstructure, reste échoué sur le lieu du naufrage.

L'enquête sur l'accident par les autorités mauriciennes est toujours en cours. L'agence de presse japonaise Kyodo a affirmé à la fin août que les membres de l'équipage auraient rapproché le navire de la côte pour capter du réseau mobile afin de téléphoner à leurs familles.

Citant une source judiciaire anonyme, Kyodo avait précisé qu'une fête d'anniversaire bien arrosée avait été célébrée à bord avant l'accident, mais sans qu'il soit certain que les marins de quart à ce moment là y aient participé.

Partager cet article