Navigation

Medvedev voit dans la révolte le signe de l'indignation populaire

Ce contenu a été publié le 08 avril 2010 - 00:36
(Keystone-ATS)

Bichkek - La révolte au Kirghizstan est une "affaire interne". Toutefois, elle montre l'indignation d'une population "scandalisée au plus haut point" par les agissements du régime en place, a estimé le président russe Dmitri Medvedev, cité par sa porte-parole.
"Cela est une affaire interne au Kirghizstan, mais la forme de la protestation montre que les gens ordinaires étaient scandalisés au plus haut point par le régime en place", a déclaré Natalya Timakova, citée par l'agence Ria Novosti. "Le président pense que le plus important est d'éviter davantage de victimes et de rétablir l'ordre dans le pays", a-t-elle ajouté.
"Le Kirghizstan a été et reste un partenaire stratégique de la Russie, et nous observerons donc la situation dans cette république avec une attention particulière", a-t-elle conclu.
Les dirigeants de l'opposition au Kirghizstan ont annoncé mercredi la chute du gouvernement après de violents affrontements entre police et opposants. Ils ont fait des dizaines de morts et provoqué la fuite du président de ce pays d'Asie centrale, Kourmanbek Bakiev.
Le pouvoir est tombé après que des centaines de manifestants ont pris d'assaut le Parlement et le siège de la présidence à Bichkek, lors d'affrontements qui ont fait au moins 47 morts et 400 blessés, selon un responsable du ministère de la Santé

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article