Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il y aura un procès en deuxième instance dans l'affaire du meurtre de Lucie. Le Ministère public fait appel du jugement prononcé mercredi par le Tribunal de district de Baden (AG). Le procureur Dominik Aufdenblatten fait appel de la décision de ne pas interner l'assassin à vie.

A l'issue du procès, qui a duré deux jours à Untersiggenthal (AG), les cinq juges du tribunal de district avaient condamné le jeune homme de 28 ans à la prison à perpétuité et à un internement. Ils n'avaient pas suivi la demande du Ministère public et des parents de Lucie d'interner le prévenu à vie.

La Cour y a renoncé car les deux experts interrogés au procès n'ont pas exclu qu'une thérapie de très longue durée puisse être possible. Le Ministère public du district de Baden va faire appel du jugement en raison de "la question controversée de l'internement à vie", écrit-il vendredi. Il entend "faire examiner" ce sujet par un autre tribunal.

Deux internements à vie

Jusqu'à ce vendredi, l'internement à vie n'a été prononcé qu'une seule fois en Suisse depuis son introduction. En 2010, le Tribunal de district de Weinfelden (TG) avait pris cette mesure contre un homme de 43 ans. Il avait poignardé à mort une callgirl en 2008 à Märstetten (TG). Le condamné avait déjà été reconnu coupable d'au moins 5 viols à caractère sadique.

Vendredi, un second cas a toutefois été enregistré dans le Jura bernois. Un homme a été condamné à une peine de 8 ans de prison assortie de l'internement à vie par le Tribunal régional de Moutier (BE). Il a été reconnu coupable d'abus sexuels sur des enfants et de viols.

ATS