Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Meyer Burger va supprimer des centaines d'emplois. En cause: la situation tendue qui persiste dans l'industrie photovoltaïque. Le groupe zougois se trouve également en difficulté suite à l'acquisition de l'allemand Roth & Rau. Son bénéfice net a plongé de 63% l'an passé, à 35,83 millions de francs.

Meyer Burger a dû procéder à des correctifs de valeur qui ont plombé ses résultats. Amortissements et dépréciations se sont élevés à 161,7 millions de francs au total en 2011. Les incertitudes quant à de nouveaux investissements dans la branche demeurent. Le secteur photovoltaïque souffre de surcapacités.

Meyer Burger va donc "concentrer ses ressources" cette année, de manière à dégager des synergies potentielles au sein du groupe. Dans ce cadre, il prévoit de réduire ses effectifs de quelque 15% à travers le monde sur les quelque 2790 collaborateurs qu'il compte actuellement. Il ne peut encore dire où et dans quelle proportion ceux-ci seront biffés, indique-t-il.

Chiffre d'affaires en hausse

Le bénéfice opérationnel avant intérêts et impôts (EBIT) a reculé de 8,8% à 116,7 millions de francs, a précisé l'entreprise jeudi.

Le chiffre d'affaires, déjà publié en février, a pour sa part bondi de 59% à 1,3 milliard. Une hausse due pour 44% à des raisons organiques et pour 15% à des acquisitions. La plus vive croissance provient de l'Asie (+68%), qui représente 80% des ventes. L'Europe (+60%) a également tiré son épingle du jeu. En revanche, les Etats-Unis accusent un repli de 40%.

Pour cette année, Meyer Burger s'attend à un chiffre d'affaires compris entre 600 et 800 millions de francs et à une reprise de la demande en modules solaires dès 2013. Des perspectives nettement moins réjouissantes que prévu, selon les analystes.

Elles n'ont manifestement guère plu aux investisseurs non plus. A la Bourse suisse, le titre Meyer Burger cédait 4,3% à 14,3 francs en fin de matinée, dans un marché en recul. Il avait même ouvert en baisse de 7%.

ATS