Navigation

Migrants: 2262 morts en traversant la Méditerranée en 2018

L'Espagne est redevenue l'an dernier la première porte d'entrée des migrants en Europe (archives). KEYSTONE/AP/OLMO CALVO sda-ats
Ce contenu a été publié le 03 janvier 2019 - 11:14
(Keystone-ATS)

Un total de 2262 migrants sont morts en tentant de traverser la Méditerranée l'an dernier. Parallèlement, 113'482 personnes sont arrivées en Europe par la mer, essentiellement via l'Espagne, selon le HCR qui fait état de chiffres en baisse par rapport à 2017.

En 2017, le nombre d'arrivées par la mer s'élevait à 172'301 et 3139 personnes étaient estimées "mortes ou portées disparues" dans leur tentative de traversée, selon les chiffres mis à jour par le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) sur son site internet. Le niveau des arrivées a également chuté par rapport au "pic" de 1,015 million enregistré en 2015.

Pour 2018, si l'on ajoute près de 7000 migrants enregistrés dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla en territoire africain, on obtient un total de 120'205 arrivées en Europe.

L'Espagne en tête des arrivées

L'Espagne est redevenue l'an dernier la première porte d'entrée en Europe, avec 55'756 arrivées par la mer (contre 22'103 en 2017). L'Italie, où le gouvernement au discours très antimigrants a fermé les ports aux bateaux humanitaires cet été, a enregistré 23'371 arrivées l'an dernier, en chute libre par rapport à 2017 (119'369), et la Grèce 32'497.

En 2018, le premier pays d'origine des migrants était la Guinée (13'068 personnes), suivi du Maroc (12'745) et du Mali (10'347). La Syrie n'était que le quatrième pays d'origine des arrivants, suivie de l'Afghanistan et de l'Irak.

L'accueil des migrants sauvés en mer a provoqué une crise diplomatique européenne l'an dernier après la fermeture des ports italiens, plusieurs navires humanitaires se retrouvant à errer en Méditerranée faute de savoir où accoster. Chaque situation s'était débloquée avec un accord trouvé dans l'urgence entre pays européens pour la répartition des réfugiés, ce qui avait convaincu l'Espagne ou Malte de laisser les navires débarquer leurs passagers.

Plus de "bateau par bateau"

"En 2019, il est essentiel de mettre fin à l'approche actuelle bateau par bateau", avait estimé dimanche le HCR en exhortant les États à "mettre en oeuvre un mécanisme régional qui donne aux capitaines de navires des indications claires et prévisibles sur l'endroit où débarquer les réfugiés et les migrants secourus en Méditerranée".

Mercredi, les autorités maltaises ont accepté d'"abriter" dans leurs eaux deux navires d'ONG allemandes transportant 49 migrants secourus en Méditerranée, en raison de la détérioration des conditions à bord.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article