Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Amnesty International a dénoncé vendredi une situation humanitaire dramatique dans le principal centre de premier accueil de demandeurs d'asile en Autriche. Le centre de Traiskirchen, près de Vienne, est totalement débordé et des mineurs y sont livrés à eux-mêmes.

Selon les chiffres du ministère de l'intérieur, 4000 migrants se pressent cette semaine à Traiskirchen pour 1800 places. Il y a actuellement plus de 2200 mineurs à Traiskirchen, dont 1700 ne sont pas accompagnés.

La situation de ces enfants et adolescents "est particulièrement précaire", a alerté vendredi Daniela Pichler, une porte-parole de l'organisation de défense des droits de l'homme. "Ils ne reçoivent pas les soins nécessaires, ne sont pas assez protégés et sont, de fait, complètement livrés à eux-mêmes".

Des bus comme abris

Actuellement à Traiskirchen, au moins 1500 personnes dormiraient à la belle étoile. Amnesty International (AI) a également dénoncé l'emploi de bus comme abris, alors que l'Autriche fait face à la canicule, ainsi que l'état déplorable des installations sanitaires du camp.

L'ONG critique aussi la réaction trop lente, selon elle, du gouvernement à la crise. L'Autriche avait décidé il y a deux semaines de ne plus accepter de nouveaux migrants à Traiskirchen, mettant en avant les risques sanitaires.

Régions réticentes

Le gouvernement bataille contre les régions, qui sont réticentes à recevoir des migrants, et pourrait bientôt leur imposer des quotas d'accueil.

La majorité des migrants accueillis en Autriche viennent de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan en passant par la Turquie. Selon le ministère de l'intérieur, le pays instruit "dix fois plus" de demandes d'asile que l'Italie et la Grèce confondues, rapporté à la taille de sa population.

"Quand on vit en Autriche, on se dit que ce genre de choses ne peut se produire ici", témoignait jeudi Katarina, une jeune Autrichienne bénévole rencontrée par l'AFP devant le camp de Traiskirchen. "Et puis on part de Vienne, on roule une demi-heure jusqu'ici, et c'est comme si on avait changé de pays".

L'Autriche reçoit chaque jour plusieurs de centaines de migrants ayant en majorité transité par la Serbie et la Hongrie. Le pays de 8,5 millions d'habitants table sur l'arrivée de plus de 80'000 nouveaux migrants cette année, contre 28'000 l'an passé.

ATS