Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Introduit dimanche, le nouvel horaire des CFF a bien résisté à l'afflux des pendulaires lundi, outre quelques retards çà et là. Seule ombre au tableau, les trains ont cessé de circuler lundi après-midi sur une partie de la nouvelle ligne RER Bulle-Fribourg.

Le système contrôlant la signalisation a connu une panne en milieu d'après-midi, a indiqué à l'ats le responsable de la communication des Transports publics fribourgois Martial Meisseiller. Les usagers sur le tronçon Bulle-Romont ont dû se rabattre sur une liaison en bus. Le dérangement a pris fin aux alentours de 18h00.

De manière générale toutefois, les CFF se disent "très satisfaits", comme l'a indiqué à l'ats le porte-parole Christian Ginsig. "L'horaire est stable", malgré quelques perturbations résiduelles".

De leur côté, les Transports publics genevois (TPG) se sont aussi dit satisfaits lundi du fonctionnement de leur réseau, entièrement réorganisé. "Le bilan est globalement positif", a indiqué le porte-parole de la régie autonome Philippe Anhorn.

Actes de vandalisme

Autre changement de taille depuis dimanche, il n'est désormais plus possible d'acheter un billet à bord des trains grandes lignes. Quiconque voyage dans un convoi sans titre de transport risque de devoir payer un supplément de 90 francs.

Les premiers cas ont été signalés dimanche déjà, ainsi que lundi, a indiqué le porte-parole de CFF. Il s'agissait en partie de voyageurs étrangers n'ayant pas été informés du nouveau système. "Des suppléments ont parfois été réclamés", souligne M. Ginsig. Un premier bilan de ces nouvelles amendes sera possible d'ici la fin de la semaine.

Des actes de vandalisme ont en outre été commis dans la nuit de dimanche à lundi pour protester contre le durcissement des sanctions à l'égard des resquilleurs. Des automates à billets à Morges (VD) ont été sabotés et rendus inutilisables. Ces actes ont été revendiqués par un collectif qui estime que ce sont surtout les personnes défavorisées qui sont touchées.

ATS