Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Neuchâtel - Le nombre de jugements pénaux de mineurs se stabilise. Entre 2008 et 2009, il a augmenté de 2,8% car davantage de mineurs (+13,8%) ont été poursuivis pour consommation de stupéfiants. En revanche, les jugements pour des infractions avec violence ont reculé de 3,6%.
En 2009, 15'064 jugements ont été prononcés à l'encontre de mineurs, sur 685'500 jeunes de 10 à 17 ans résidant en Suisse, écrit jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Ils étaient 14'651 un an plus tôt et 14'202 en 2007. Une évolution stable aux yeux de Daniel Fink, chef de la section criminalité et droit pénal à l'OFS, interrogé par l'ATS.
Si l'on considère la nationalité, le nombre de jugements de requérants d'asile mineurs a augmenté d'environ 38%, passant de 383 en 2008 à 529 un an plus tard. Celui d'étrangers domiciliés à l'étranger a crû de 56%.
Pour Daniel Fink, cela s'explique par une "ambiance générale plus rude face aux étrangers". Parallèlement, l'attitude des juges envers les jeunes s'est durcie ces dernières années.
La statistique des jugements pénaux des mineurs ne reflète que partiellement la réalité de la criminalité. Daniel Fink met en garde contre les "chiffres noirs": une partie des infractions n'est pas découverte ou ne fait pas l'objet d'un dépôt de plainte. D'autres affaires sont classées par les juges des mineurs ou réglées de manière informelle.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS