Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pékin - Les vuvuzelas, ces trompettes dont le son exaspère nombre de téléspectateurs du Mondial 2010 de football, se révèlent une mine d'or pour les industriels chinois et un succès auprès des habitants de ce pays.
En Chine comme dans le reste du monde, les ventes ont explosé et les usines tournent à plein régime pour pouvoir satisfaire la demande. En effet, selon le quotidien chinois Global Times, environ 90% des vuvuzelas sud-africaines sont produites en Chine.
Le groupe Jiying Plastic Product Corp., basé dans la province de Zhejiang (est), affirme en avoir vendu plus d'un million lors des quatre premiers mois de l'année, majoritairement à des clients d'Afrique du Sud. Et les commandes ne cessent d'affluer.
"Nous prévoyons d'en produire de 300'000 à 500'000 de plus d'ici à la fin de la Coupe du monde", déclare Wu Yijun, le directeur de l'entreprise, qui produit 37 types de vuvuzelas pour un prix de gros de deux yuans (0,33 franc) l'unité.
Succès à l'exportation, la trompette sud-africaine est désormais l'objet d'une forte demande sur le marché intérieur : "Depuis mai, nous avons reçu des commandes chinoises pour environ 150'000 vuvuzelas. Auparavant, elles étaient toutes destinées à être exportées", confirme M. Wu.
"Nous espérons que, même après la Coupe du monde, l'Afrique du Sud aura encore besoin de vuvuzelas et que d'autres pays s'y mettront aussi", ont expliqué des responsables d'entreprises locales.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS