Toute l'actu en bref

Novak Djokovic (ATP 2), lancé dans une reconquête du tennis mondial après des mois de déconvenues, a frôlé la correctionnelle au 2e tour du Masters 1000 de Monte-Carlo.

Le Serbe s'est imposé 6-3 3-6 7-5 face au Français Gilles Simon (ATP 32), lequel a servi pour le match.

Oui, Djokovic, qui était bien entré dans sa rencontre, s'est retrouvé mené 5-4 sur le service adverse dans la troisième manche. Une manche au cours de laquelle il avait déjà dû effacer un break de retard. "Non, ce n'était pas mon meilleur tennis aujourd'hui...", a reconnu le no 2 mondial.

"J'ai bien commencé, a-t-il poursuivi, je contrôlais bien le jeu depuis le fond du court mais Gilles ne commet pas beaucoup de fautes. Sauf quand il m'a fait ces quelques cadeaux au moment de servir pour le match."

Peut-être pas au mieux, le Serbe s'est appuyé sur son immense vécu pour ne pas connaître une élimination dès son entrée en lice à Monte-Carlo, comme cela avait été le cas l'année dernière face à Jiri Vesely (que Stan Wawrinka affrontera mercredi). "Ce n'est pas un cliché de le dire: l'expérience des grands tournois et des grands titres m'aide dans ces moments, quand il faut rester calme et positif."

Une défaite aurait sans doute plongé Djokovic dans un profond désarroi après un deuxième semestre 2016 décevant et un premier cycle 2017 raté (un seul titre, modeste, à Doha). L'an passé, il était arrivé sur le Rocher avec, dans son sac, les trophées de l'Open d'Australie, d'Indian Wells et de Miami. Soit le triptyque que vient de réaliser Roger Federer (absent à Monte-Carlo).

ATS

 Toute l'actu en bref