Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'agence d'évaluation financière américaine Moody's a abaissé mercredi la note d'endettement de long terme de l'Espagne de trois crans, à "Baa3". Celle-ci se situe juste au-dessus de la catégorie "spéculative", une sanction sévère pour le gouvernement de Mariano Rajoy.

Moody's a précisé dans un communiqué que cette note restait sous examen, lequel interviendrait dans les trois prochains mois. L'agence pourrait alors déclasser encore davantage la note espagnole.

Pour l'agence, le plan d'aide européen de 100 milliards d'euros pour le secteur bancaire espagnol, décidé vendredi, "accroîtra encore le poids de la dette supporté par le pays".

Sanction sévère

De plus, a souligné Moody's, "l'Etat espagnol a un accès très limité aux marchés financiers, comme le montrent à la fois le fait qu'il compte sur le FESF et le MES [les mécanismes anticrise de la zone euro, ndlr] pour ses fonds de recapitalisation et sa dépendance croissance vis-à-vis de ses banques nationales comme acheteurs prioritaires de ses émissions obligataires, lesquelles à leur tour obtiennent leurs financements de la BCE" (Banque centrale européenne).

L'agence s'inquiète d'autant plus qu'elle ne voit guère "un espoir raisonnable de croissance économique vigoureuse dans les quelques années à venir".

La décision de Moody's est une sanction sévère envers le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy. Le chef du gouvernement espagnol s'est battu depuis sa prise de fonctions en décembre pour faire la preuve de sa capacité à ne pas faire appel à l'aide internationale. Quand M. Rajoy a pris le pouvoir, la note de l'Espagne chez Moody's était de cinq crans supérieure, à "A1".

ATS