Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Egon Bahr, un des principaux artisans de la politique d'ouverture vers l'Est ("Ostpolitik") de l'ex-chancelier allemand Willy Brandt, est décédé 93 ans, a annoncé jeudi le président du parti social-démocrate Sigmar Gabriel. Celui-ci a salué "un artisan de la paix".

"L'ensemble de la social-démocratie allemande et de nombreuses personnes en Allemagne et en Europe pleurent un grand, sincère et courageux social-démocrate, architecte de l'unité de l'Allemagne, un Européen", a écrit le chef du SPD sur sa page Facebook.

"Avec Egon Bahr, s'en va un grand homme politique allemand", a de son côté déclaré Gregor Gysi, chef du groupe parlementaire du parti de gauche radicale Die Linke et ancien président du parti communiste est-allemand (SED).

"Parvenir à un tournant par le rapprochement, c'était là son objectif. Et au final, il n'était pas possible d'obtenir un tournant plus grand que celui que nous avons vécu", a salué M. Gysi.

Dans le sillage de Willy Brandt

Egon Bahr est considéré comme l'un des principaux artisans de la politique d'ouverture vers l'Est du chancelier social-démocrate Willy Brandt (1969-1974) qui s'est matérialisée par plusieurs évènements majeurs: la reconnaissance des frontières de l'est, la normalisation des échanges avec la RDA, le voyage en Pologne de M. Brandt qui s'agenouille en 1970 devant le monument aux victimes du ghetto de Varsovie, ou encore l'accord sur le statut de Berlin.

L'"Ostpolitik" de M. Brandt lui a valu de recevoir le Prix Nobel de la Paix en 1971.

Né le 18 mars 1922, Egon Bahr a accompli la majeure partie de sa carrière dans le sillage de M. Brandt. Il était son porte-parole lorsqu'il était maire de Berlin-ouest puis l'a suivi dans ses différentes fonctions gouvernementales, d'abord au ministère des Affaires étrangères puis à la chancellerie.

ATS