Navigation

Mort du général Jaruzelski, l'homme de la loi martiale en Pologne

Ce contenu a été publié le 25 mai 2014 - 18:16
(Keystone-ATS)

Le général polonais Wojciech Jaruzelski est mort. Agé de 90 ans, l'ancien homme fort de la Pologne communiste restera dans l'Histoire comme celui qui a imposé la loi martiale à son pays le 13 décembre 1981.

Il avait pris cette décision pour tenter en vain de mater le syndicat Solidarité de Lech Walesa. Mais, personnage complexe, il fut aussi le premier dirigeant communiste en Europe à ouvrir huit ans plus tard une transition vers la démocratie, qui allait assurer le succès total de Solidarnosc, le premier syndicat indépendant du bloc soviétique.

Visage dissimulé la plupart du temps derrière de larges lunettes noires, front dégarni, tête haute, allure rigide, le général Jaruzelski se plaisait à répéter: "Seule l'Histoire me rendra justice".

Il disait avoir choisi en 1981 le moindre mal pour la Pologne en la sauvant d'une invasion des troupes soviétiques. Mais ses détracteurs affirment que l'URSS, déjà empêtrée en Afghanistan, n'était pas prête à intervenir.

Quelques mois après la naissance de Solidarnosc en 1980, le général avait pris la tête du parti et du gouvernement. Il cumulait tous les pouvoirs lorsque, le 13 décembre 1981, il annonca à ses compatriotes la proclamation de la loi martiale. Solidarité était rejeté dans l'illégalité, ses militants envoyés en prison.

En 1983, la loi martiale est abrogée et l'étau se desserre petit à petit. L'arrivée au pouvoir à Moscou de Mikhaïl Gorbatchev et la crise économique contraignent le général à libéraliser le régime en Pologne.

Négociations avec Solidarnosc

Sa décision de négocier avec Solidarité l'avenir du pays aboutit en été 1989, à travers les élections législatives semi-démocratiques remportées par le mouvement de Lech Walesa, à la chute du pouvoir communiste.

Après le sabordage du POUP en 1990, le général Jaruzelski renonce à son poste de chef de l'Etat, permettant l'élection à la présidence de son adversaire irréductible, Lech Walesa.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.