Navigation

MSF évoque une résurgence des cas d'Ebola en Afrique de l'Ouest

Ce contenu a été publié le 04 juin 2014 - 21:51
(Keystone-ATS)

Alors que le nombre de malades d'Ebola semblait décliner, de nouveaux cas ont été signalés en Guinée et en Sierra Leone, a averti mercredi Médecins sans frontières (MSF). Le virus a déjà touché plus de 300 personnes (cas suspects et confirmés) en Afrique de l’Ouest, mais les chiffres sur les décès en Guinée divergent.

En Sierra Leone, le bilan officiel des autorités fait état de 18 cas confirmés dont six décès à Koindu dans le district de Kailahun, situé près de la frontière guinéenne. L'ONG médicale a décidé d'installer un centre de prise en charge pour soigner les personnes infectées à Koindu.

Une équipe spécialisée rejoindra l'équipe d’évaluation de MSF déjà présente sur le terrain. Du matériel médical et logistique supplémentaire a également été envoyé.

En Guinée, malgré les efforts sur le terrain, le nombre de cas confirmés d'Ebola a augmenté. Il s'établissait le 30 mai à 178, tandis que 113 personnes sont décédées selon le Ministère de la santé guinéen, a précisé MSF. Toutefois, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a évoqué 208 tués parmi 328 cas suspects.

Mobilité problématique

L'épidémie s'est étendue à Boffa en Guinée maritime et à Telimele dans la région de Kindia. De nouveaux malades ont aussi été enregistrés à Conakry, Guéckédou et Macenta.

L'augmentation pourrait avoir été provoquée par une réticence des malades à aller à l'hôpital, selon MSF. La mobilité des personnes infectées et décédées est également problématique. Il est courant que les familles déplacent les morts pour organiser les funérailles dans un autre village, a signalé MSF.

La multiplication des zones touchées rend difficile la prise en charge des patients et le contrôle de l’épidémie. "La résistance de la communauté et le suivi transfrontalier des personnes ayant été en contact avec les malades sont les principaux défis que nous rencontrons sur le terrain", a expliqué la coordinatrice des programmes d’urgence de MSF, Marie-Christine Ferir.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?