Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Forces motrices bernoises (FMB) veulent prolonger l'activité de la centrale nucléaire de Mühleberg (BE) au-delà de juin 2013. Ils ont déposé une requête en ce sens auprès du DETEC assortie d'un concept de maintenance d'un montant de 170 millions de francs.

Avec cette démarche, les FMB veulent assurer l'exploitation sur le long terme de leur centrale en répondant aux exigences du Tribunal administratif fédéral (TAF). Cette instance avait annoncé en mars que l'autorisation d'exploitation de Mühleberg devait être limitée à fin juin 2013 pour des impératifs de sécurité.

Les FMB ont fait recours auprès du Tribunal fédéral (TF) contre ce jugement. Dans son communiqué publié mardi, le groupe explique que cette demande de prolongation vise à garantir l'exploitation de la centrale même dans l'éventualité où le TF n'abrogerait pas la décision négative du Tribunal administratif fédéral.

Concept de maintenance

La demande de prolongation déposée le 9 août auprès du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) s'accompagne d'un concept de "maintenance". FMB Energie SA table sur des coûts à hauteur de 170 millions de francs pour ces mesures de rééquipements.

Le concept de maintenance remis au DETEC porte sur le manteau du coeur du réacteur, sur la sécurité sismique incluant les travaux au niveau du barrage de la centrale hydroélectrique de Mühleberg ainsi que sur la réalisation d'un système diversifié d'évacuation de la chaleur.

A ce montant s'ajoutent des investissements de maintenance. Ceux-ci s'élèvent à quelque 20 millions de francs par année sur une période de dix ans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS