Navigation

Naufrage au Bangladesh: pas d'espoir de retrouver des survivants

Ce contenu a été publié le 16 mai 2014 - 13:16
(Keystone-ATS)

Les autorités du Bangladesh ont exclu de retrouver des survivants un jour après le naufrage d'un ferry transportant environ 200 personnes, dont une centaine sont portées disparues. Alors que 28 corps ont été récupérés, 35 personnes ont été secourues et une quarantaine a pu nager jusqu'à la rive.

"Cela fait maintenant plus de vingt heures que le ferry a coulé. Il n'y a donc plus de possibilité de trouver un survivant à l'intérieur du navire", a di un responsable local. Plus tôt, un responsable du trafic fluvial avait déjà expliquée que "beaucoup de passagers s'étaient réfugiés dans les ponts inférieurs du navire pour se protéger du vent. Ils ont été piégés. Je crains que la plupart des corps ne soient retrouvés à l'intérieur" du navire, avait-il ajouté.

Le M.V. Miraj-4 a coulé par mauvais temps sur le Meghna, un des bras du delta du Gange, au niveau de Rasulpur à une quarantaine de kilomètres de Dacca. Le ferry effectuait une liaison entre Shariatpur et la capitale. En mars 2012, le naufrage d'un ferry dans le même secteur avait fait 145 morts.

Les responsables des opérations de sauvetage ont indiqué avoir échoué à redresser le MV Miraz. Le ferry repose désormais sur le lit du fleuve Meghna, très large et profond à cet endroit. Les survivants du naufrage ont décrit un accident survenu en quelques minutes, laissant peu de temps aux passagers pour s'en sortir.

Accidents fréquents

D'après Shamsuddoha Khandaker, ce ferry peut transporter 500 passagers sans fret. Les enquêteurs pensent qu'il n'y avait pas plus de 150 à 200 passagers au moment du drame. Les accidents de navigation fluviale sont très fréquents au Bangladesh qui compte plus de 200 fleuves ou rivières.

Environ 150 personnes ont perdu la vie dans ce même district en mars 2012 lors du naufrage d'un ferry surchargé transportant quelque 200 passagers. Il avait heurté une barge pétrolière en pleine nuit.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.