Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Sylvio Bernasconi est sorti de son silence. L'ancien président de NE Xamax s'est exprimé sur le site internet de la TSR, rejetant les accusations formulées contre lui par Bulat Chagaev.
Selon l'entrepreneur neuchâtelois, le club de la Maladière n'était pas en faillite au moment où il a été repris par l'homme d'affaires tchétchène. "Il n'y avait pas des millions de dettes" non plus, comme l'a prétendu Bulat Chagaev, bien au contraire.
Sylvio Bernasconi souhaite que ces "commérages inacceptables" cessent. Selon lui, Xamax "n'avait jamais été aussi sain financièrement depuis ces 20 dernières années" quand le club a changé de propriétaire en mai 2011. M.#Bernasconi a précisé que les six exercices effectués sous sa présidence avaient été bénéficiaires.
L'ancien président, qui a admis avoir fait confiance à Bulat Chagaev après l'avoir rencontré trois fois au printemps, ne se sent pas coupable de la situation actuelle. Mais en cas de faillite du club, il aurait des "regrets", a-t-il expliqué.
Sylvio Bernasconi a par ailleurs affirmé ne pas être intéressé par un retour dans le club rouge et noir. "L'envie n'y est plus. il faut savoir dire stop." Il n'écarte par contre pas l'éventualité de redevenir simple sponsor, en cas de besoin, et pour "des montants importants."

ATS