Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Benjamin Netanyahu (2e gauche), entouré de ses homologues de République tchèque, de Hongrie, de Solvaquie et de Pologne. Le groupe de Visegrad veut renforcer la coopération bilatérale avec Israël.

KEYSTONE/AP MTI/BALAZS MOHAI

(sda-ats)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affiché mercredi son entente avec les dirigeants d'Europe de l'est, réunis à Budapest. Il les a remercié pour leur soutien apporté à Israël face aux "critiques" de l'UE qu'il a qualifiées "d'anomalie".

M. Netanyahu, en quête d'alliés sur la scène internationale, effectue à Budapest depuis lundi la première visite en Hongrie d'un responsable de l'Etat hébreu depuis 1989.

Il s'est entretenu mercredi avec ses homologues de Hongrie, de Pologne, de République tchèque, de Slovaquie (qui forment une alliance appelée groupe de Visegrad). Le dirigeant israélien les a remerciés des "positions sur Israël qu'ils ont régulièrement défendues au sein de l'Europe".

Critiques anormales

Benjamin Netanyahu a déploré les critiques dont son pays fait régulièrement l'objet de la part des institutions européennes à propos de la construction de nouvelles colonies juives dans les territoires palestiniens et du processus de paix israélo-palestinien.

Qualifiant ces critiques "d'anomalie", il a estimé qu'il était "temps d'avoir en Europe une réévaluation de la relation avec Israël", parce que son pays a "beaucoup à offrir" à l'UE en matière de sécurité et de technologies notamment et parce qu'il est "la seule démocratie du Moyen-Orient", "un phare de tolérance pour une vaste région".

Bon sens

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui occupe actuellement la présidence tournante du groupe de Visegrad, a également plaidé "pour que la coopération entre l'UE et Israël retrouve la voie du bon sens". Il estime que "l'Europe se punit elle-même" en négligeant ce partenaire.

Les quatre pays de l'Est entretiennent eux-mêmes des relations souvent tendues avec Bruxelles et leurs partenaires européens. Ils ont publié une déclaration dans laquelle ils s'engagent à oeuvrer pour "renforcer" les liens entre l'UE et Israël.

Coopération bilatérale

Leurs dirigeants annoncent aussi un renforcement de leur coopération bilatérale avec Israël, notamment dans les domaines économiques et de la sécurité. Une nouvelle rencontre avec Benjamin Netanyahu est prévue en 2018 à Jérusalem.

"Avec le soutien de ces pays, il devient plus difficile pour l'UE de faire passer des résolutions critiques sur Israël nécessitant l'unanimité", selon Peter Lintl, spécialiste du Proche-Orient cité mercredi par le quotidien autrichien Kurier.

ATS