Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nico Hischier a été repêché en 1re position de la draft NHL à Chicago par les New Jersey Devils. Jamais un Suisse n'avait connu pareil honneur.

Le cadre est majestueux. Même privé de glace, le United Center de Chicago en "jette". Il faut dire que l'enceinte fut le théâtre des trois derniers titres NBA des Chicago Bulls de Michael Jordan et des trois derniers titres NHL des Blackhawks. C'est dans ce temple du sport moderne que Nico Hischier a eu la chance de vivre l'un des plus grands moments de sa toute jeune carrière de hockeyeur. Le manager général des New Jersey Devils, Ray Shero, a appelé son nom en premier et voilà le Haut-Valaisan devenu un "petit diable".

"Je n'arrive pas à y croire, a lâché le héros de la soirée. Mon plus grand but, c'est de jouer en NHL. Franchement, je ne suis pas capable d'exprimer le sentiment que je ressens en ce moment."

Il est le septième Européen à être appelé en premier après Mats Sundin (89), Roman Hamrlik (92), Patrik Stefan (99), Ilya Kovalchuk (01), Alex Ovechkin (04) et Nail Yakupov (12).

Forcément, Hischier réécrit l'histoire suisse en devenant l'Helvète le mieux drafté de l'histoire. Le "record" appartenait jusque-là à Nino Niederreiter, choisi par les New York Islanders en 5e position de la draft 2010. Il est le neuvième Suisse repêché au premier tour. Il rejoint Michel Riesen (14e choix en 1997), Luca Cereda (24e/1999), Luca Sbisa (19e/2008), Nino Niederreiter (5e/2010), Sven Bärtschi (13e/2011), Mirco Müller (18e/2013), Kevin Fiala (11e/2014) et Timo Meier (9e/2015).

Le Valaisan a donc remporté son duel à distance avec Nolan Patrick, l'autre joueur susceptible d'intéresser les deux premières équipes à choisir. Si les deux jeunes garçons possèdent le "package complet" de ce que l'on attend d'un centre moderne, Hischier a fait la différence en réussissant des Mondiaux juniors M20 tonitruants et en semblant moins fragile que son adversaire. Patrick a connu deux hernies qui ont freiné son développement naturel. Cela ne l'a pas empêché d'être sélectionné au 2e rang par les Philadelphia Flyers. Le podium est complété par le Finlandais Niro Heiskanen.

S'exprimant dans un excellent anglais, Hischier n'a pas semblé impressionné par les projecteurs. Peut-être parce que le Haut-Valaisan sait où il va depuis qu'il est tout jeune. A l'aise devant les micros, le hockeyeur le plus talentueux produit par la Suisse depuis Roman Josi a rappelé que son modèle s'appelait Pavel Datsyuk. L'ancien centre des Detroit Red Wings avait des mains en or et une capacité à revenir défendre au-dessus de la moyenne. Et il portait le numéro 13. Comme Nico Hischier. Mais la future star n'a pas choisi ce numéro pour le virtuose russe. Non, c'est en l'honneur de son grand frère Luca qui joue au CP Berne. "J'étais super nerveux, a expliqué le frangin à la chaîne Sportsnet. Maintenant on va pouvoir fêter. C'est mon meilleur ami et on parle beaucoup, mais pas seulement de hockey."

Quoi qu'il en soit, les carrières de Hischier et Patrick seront liées à jamais. Un peu comme celles de Taylor Hall et Tyler Seguin, draftés un et deux en 2010. Les deux joueurs représentaient deux excellents choix et les deux sont aujourd'hui de très bons attaquants.

ATS