Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Maintenir ou retirer son candidat, en soutenir un autre, ou laisser la liberté de vote: plusieurs variantes s'offrent aux sections cantonales pour le second tour au Conseil des Etats. Si certaines ont déjà tranché, la plupart le feront ces jours prochains.

La situation s'est passablement décantée dans le canton de Vaud. L'UDC a refusé de soutenir le prétendant libéral-radical Olivier Français, qui a viré en troisième position du premier tour derrière le duo Géraldine Savary (PS) et Luc Recordon (Verts). Le PDC, faible en terres vaudoises, a en revanche accordé son appui au PLR.

Des plaies ouvertes et des rancunes du passé ont motivé la décision de l'UDC. Ses délégués n'ont pas digéré le refus du PLR de s'apparenter pour le premier tour, ainsi que certains propos de la libérale-radicale Isabelle Moret, ou la non-élection de Claude-Alain Voiblet au gouvernement cantonal.

A Genève, la tactique de la droite demeure floue pour l'instant. Suite au retrait de son poulain Raymond Loretan, le PDC a appelé à se ranger derrière le PLR Benoît Genecand, troisième dimanche. La droite dure, UDC et MCG, ne se prononce que mardi matin. Comme dans le cantron voisin, le délai pour le dépôt des listes est fixé mardi à midi à Genève.

Fribourg et Valais moins ouverts

A Fribourg, l'issue semble moins ouverte. Le sortant Christian Levrat (PS) a bouclé le premier tour en tête devant le PDC Beat Vonlanthen. Les poursuivants Jacques Bourgeois (PLR) et Emanuel Waeber (UDC) accusent un retard conséquent. Leurs formations doivent déterminer leur stratégie mardi soir, alors que l'échéance pour annoncer leurs poulains tombe vendredi à 18h00.

En Valais, les deux candidats PDC Jean-René Fournier et Beat Rieder jouissent d'une avance confortable suite au premier tour. Mais ils devront quand même lutter lors du second scrutin pour écarter leur concurrent libéral-radical Pierre-Alain Grichting. Les autres partis ont renoncé à poursuivre la bataille. Le PS laisse la liberté de vote. Les listes peuvent être déposées jusqu'à mardi à 17h00.

Décisions alémaniques attendues

D'autres sections cantonales doivent encore faire part de leurs intentions. C'est le cas à Zurich, où PLR, UDC et PDC se rassemblent mardi soir, à Berne, où le candidat UDC Albert Rösti devrait confirmer d'ici mardi midi qu'il persévère, ou encore à Lucerne, canton dans lequel le PS et l'UDC se réunissent mardi soir.

Jeudi, le PDC et le PLR lucernois définiront leur stratégie. Plus au nord, le PDC argovien en fera de même.

Le visage définitif de la Chambre des cantons sera connu le 22 novembre. Le conseil sortant comptait 13 PDC, 11 PLR, 11 PS, 5 UDC, 2 PVL, 2 Verts, 1 PBD ainsi que l'indépendant schaffhousois Thomas Minder qui siège avec l'UDC.

Dimanche au soir, 27 sièges étaient déjà repourvus. Le PDC peut déjà compter sur 7 sénateurs, le PLR sur 8, le PS sur 6 et l'UDC sur 5. Thomas Minder est réélu. Seule l'UDC a déjà fait réélire tous ses sortants. Elle pourrait comme le PS et le PLR accroître sa députation.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS