Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nombre de victimes civiles ont résulté de l'attaque-suicide au camion piégé perpétrée dans le quartier diplomatique de Kaboul le 31 mai, qui a fait 92 morts selon l'ONU.

KEYSTONE/AP/RAHMAT GUL

(sda-ats)

L'Afghanistan a enregistré au premier semestre 2017 un nouveau record à la hausse des victimes civiles avec 1662 morts et 3581 blessés au sein de la population, ont annoncé lundi les Nations unies. Les victimes ont été touchées notamment à Kaboul.

Une grande partie des victimes (40%) ont fait les frais d'explosions - attentats, mines et engins explosifs improvisés (EEI) - dont près d'une sur cinq dans la capitale Kaboul, précise la Mission d'assistance de l'ONU à l'Afghanistan (Manua) dans son rapport semestriel.

Sur les six premiers mois de 2017, les attentats-suicide et attaques complexes - comprenant une voiture piégée ouvrant la voie à un commando armé - ont entraîné la mort de 259 civils, tandis que 892 ont été blessés, en hausse de 15% comparé à 2016.

Femmes et enfants plus touchés

Nombre de ces victimes ont résulté de l'attaque-suicide au camion piégé perpétrée dans le quartier diplomatique de Kaboul le 31 mai, qui a fait 92 morts selon l'ONU - 150 selon le président Ashraf Ghani - et 500 blessés. Il s'agit de "l'incident le plus meurtrier depuis 2001", selon la Manua.

Les femmes (174 ont été tuées, +23%) et les enfants (436 sont morts, +9%) sont également de plus en plus touchés par les mines terrestres et les raids aériens visant les positions insurgées, les talibans et le groupe Etat islamique.

Le conflit s'étend

Signe que le conflit s'étend, les victimes civiles sont en augmentation dans quinze des 34 provinces du pays, avec la recrudescence des attaques perpétrées par les insurgés, y compris pendant les mois d'hiver de janvier à mars.

Les plus touchées sont, outre Kaboul, le Helmand, Kandahar, l'Uruzgan au sud, le Nangarhar (est), Herat et Faryab (ouest), Laghman (centre) et Kunduz et Farah (nord).

La Manua attribue une nouvelle fois la majorité de ces morts et blessés aux forces anti-gouvernementales et estime les bilans qui leur sont imputables en hausse de 12%.

Selon le décompte trimestriel engagé par la Manua en janvier 2009, le conflit afghan a fait depuis cette date plus de 26'500 morts et près de 49'000 blessés parmi les civils afghans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS