Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Nouvelles perquisitions chez Volkswagen en Allemagne

Le parquet allemand a opéré de nouvelles perquisitions chez Volkswagen (archives).

KEYSTONE/EPA DPA/JULIAN STRATENSCHULTE

(sda-ats)

Le constructeur automobile Volkswagen a annoncé que son siège social avait à nouveau fait l'objet de perquisitions par le ministère public allemand début mars, dans le cadre d'une enquête sur le scandale des émissions diesel, confirmant une information de presse.

L'hebdomadaire WirtschaftsWoche écrit mardi que le parquet de Brunswick a ouvert une nouvelle enquête sur des soupçons de manipulation de marché chez Volkswagen afin de déterminer si le constructeur a minimisé les émissions de dioxyde de carbone (CO2) d'un nombre de véhicules plus élevé qu'il ne l'a reconnu publiquement.

Des perquisitions ont été menées début mars, a confirmé mardi le constructeur automobile allemand, sans autre précision.

Le parquet de Brunswick a procédé début mars à des perquisitions dans 13 bureaux du siège de Wolfsburg et a saisi des documents et des fichiers informatiques qui seront examinés dans les prochaines semaines, rapporte WitschaftsWoche, citant un porte-parole des enquêteurs.

Vérification d'un communiqué

Le parquet a dit vérifier un communiqué publié par Volkswagen le 9 décembre 2015, s'interrogeant sur l'aspect réglementaire de son contenu et se demandant s'il n'aurait pas pu être à l'origine d'une éventuelle manipulation de marché, ajoute WirtschaftsWoche.

Volkswagen a dit qu'il pensait avoir respecté les exigences réglementaires gouvernant de tels communiqués "ad hoc", écrit encore WirtschaftsWoche. L'action VW n'a guère réagi à ces informations, se traitant en hausse de 0,53% en Bourse de Francfort, vers 10h00.

VW avait déclaré en décembre 2015 qu'au vu de ses propres investigations, la consommation de carburant, et donc les émissions de CO2, avaient été sous-évaluées sur 36'000 véhicules au plus, soit bien moins qu'une première estimation du constructeur tournant autour de 800'000 véhicules et communiquée cinq semaines auparavant.

Il avait également dit qu'il n'avait trouvé aucune preuve de modification illicite des données d'émission de CO2, une déclaration qui avait eu un caractère apaisant après la tourmente déclenchée par la révélation de la tricherie aux tests d'émissions polluantes aux Etats-Unis en septembre 2015.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.