Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une filiale japonaise de Novartis s'est vue ordonner vendredi une suspension d'activité de 15 jours. Le géant pharmaceutique bâlois n'a pas rapporté à temps aux autorités des cas d'effets secondaires graves de traitements contre le cancer, a annoncé le ministère nippon de la santé.

"Novartis Pharma ne pourra plus vendre ses médicaments sur prescription du 5 au 19 mars, à l'exception de cinq pour lesquels il n'existe pas de générique ou dont l'absence aurait des conséquences très dommageables sur les patients", a détaillé le ministère dans un communiqué. Cette sanction de cette nature est la première infligée à un laboratoire pharmaceutique convaincu de ce type de manquement.

Cette mesure disciplinaire est due à la non-déclaration dans les délais impartis de 3264 cas d'effets secondaires concernant un total de 26 produits, ce qui représente une infraction au code régissant le secteur.

Le groupe avait reconnu les faits en fin d'année dernière et avait déjà reçu un "ordre d'amélioration de ses activités" après un premier rapport partiel sur ses "oublis" de déclarations.

Mais le nombre final étant très élevé, le ministère a décidé vendredi d'une punition plus sévère qui risque de dégrader encore l'image de la firme qui a déjà été éclaboussée par toute une série de scandales depuis près de deux ans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS