Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Novartis risque une amende salée aux Etats-Unis en relation avec des accusations pour pots-de-vin. Le géant pharmaceutique bâlois devrait payer jusqu'à 3,5 milliards de dollars en dommages et amendes, selon une plainte déposée au tribunal fédéral de Manhattan.

La justice américaine reproche à Novartis d'avoir versé des pots-de-vin (kickbacks) à des pharmaciens pour favoriser les ventes de ses médicaments Myfortic et Exjade. Ces commissions occultes étaient déguisées en rabais, selon le document produit dans la soirée de mardi et cité par l'agence Reuters.

Ce système de ristournes aurait porté préjudice aux systèmes fédéraux américains d'assurance maladie Medicare et Medicaid. Ceux-ci prennent en charge le remboursement des traitements.

Novartis réfute toujours ces allégations et entend se défendre, a répété une porte-parole du groupe rhénan. L'été dernier, une juge fédérale avait admis la plupart des griefs. Le procès devrait débuter le 2 novembre prochain et pourrait durer plusieurs semaines.

Trois plaintes en un an

Washington exige jusqu'à 1,52 milliard de dollars (1,42 milliard de francs) en dommages et intérêts, soit trois fois le montant soi-disant remboursé par les systèmes fédéraux de santé entre 2004 et 2013. A cela s'ajouterait une pénalité qui pourrait aller jusqu'à 1,83 milliard.

Pour mémoire, en avril 2013, les Etats-Unis ont porté plainte par deux fois à quelques jours d'intervalle contre Novartis. D'abord pour avoir incité moyennant finances des pharmacies à recommander le Myfortic à des patients ayant subi une transplantation rénale, puis trois jours plus tard, pour avoir corrompu des médecins.

Enfin, début 2014, le groupe pharmaceutique s'est à nouveau vu accusé de corruption outre-Atlantique. Le Département américain de la justice lui reprochait cette fois des pots-de-vin pour doper les commandes de son médicament Exjade, destiné à faire baisser le taux de fer dans le sang.

ATS