Navigation

Onze millions d'enfants ont désespérément besoin d'aide au Yémen

"La guerre au Yémen est malheureusement une guerre contre les enfants", a déclaré Geert Cappelaere, directeur régional de l'Unicef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Selon lui, près de 5000 enfants ont été tués ou gravement blessés depuis mars 2015 (image d'illustration). KEYSTONE/EPA/YAHYA ARHAB sda-ats
Ce contenu a été publié le 26 novembre 2017 - 20:02
(Keystone-ATS)

Plus de onze millions d'enfants ont désespérément besoin d'aide humanitaire au Yémen, pays en guerre et en proie à la famine, a alerté dimanche le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). Le blocus était par ailleurs ce week-end en train de se desserrer.

"Aujourd'hui, il est juste de dire que le Yémen est l'un des pires endroits sur terre pour être un enfant", a affirmé Geert Cappelaere, directeur régional de l'Unicef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. "Deux millions d'enfants au Yémen souffrent de malnutrition aiguë (et) presque tous les petits garçons et filles yéménites" ont désespérément besoin d'assistance humanitaire, a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse dans la capitale jordanienne Amman.

"Nous estimons que toutes les dix minutes un enfant meurt au Yémen de maladies pouvant être évitées", a ajouté le représentant onusien. "La guerre au Yémen est malheureusement une guerre contre les enfants", a indiqué M. Cappelaere, soulignant que près de 5000 enfants avaient été tués ou gravement blessés depuis mars 2015. "Des milliers d'écoles et de centres de santé ont été endommagés ou entièrement détruits", a-t-il ajouté.

"La plus grande famine"

Depuis l'intervention au Yémen en mars 2015 d'une coalition arabe sous commandement saoudien pour stopper la progression des rebelles chiites Houthis face aux forces gouvernementales, le conflit a fait plus de 8750 morts et 50'600 blessés, selon les Nations unies.

L'ONU, qui dit craindre "la plus grande famine" de ces dernières décennies au Yémen, a appelé cette coalition à lever rapidement le blocus qu'elle impose à ce pays, faute de quoi "des milliers de victimes innocentes" vont "mourir".

Samedi, un avion chargé d'aide humanitaire affrété par l'Unicef a atterri à Sanaa, pour la première fois depuis le renforcement début novembre du blocus en réponse à un tir de missile des Houthis intercepté au-dessus de Ryad.

Et dimanche, un navire chargé de 25'000 tonnes de blé est entré dans le port de Salif, dans l'ouest du Yémen, a annoncé un porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM) pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Il s'agit de la première cargaison d'aide alimentaire à arriver dans une zone sous contrôle rebelle depuis que l'Arabie saoudite a imposé il y a près de trois semaines au pays en guerre un blocus terrestre, maritime et aérien. La cargaison sera déchargée lundi matin à cause de "vents violents" empêchant le déchargement dimanche.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.