Navigation

Pakistan: 37 morts dans un raid et quatre dans un attentat

Ce contenu a été publié le 24 avril 2014 - 17:48
(Keystone-ATS)

L'armée pakistanaise a pilonné jeudi des positions talibanes dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, tuant au moins 37 rebelles et en blessant une vingtaine d'autres, ont affirmé des responsables militaires. Par ailleurs, un attentat-suicide a provoqué la mort de quatre personnes dans un marché de Karachi.

L'aviation pakistanaise a bombardé les régions montagneuses de la zone tribale de Khyber, frontalière de l'Afghanistan, où opèrent les talibans pakistanais (TTP) et le Lashkar-e-Islam, un groupe lié au TTP. Des troupes ont ensuite été déployées au sol, ont indiqué des sources militaires.

Impliqués dans des violences

Une autre source sécuritaire a affirmé que ces bombardements ciblaient des rebelles impliqués dans les attentats commis mardi à Charsadda (nord-ouest) et plus tôt en avril dans un marché de fruits d'Islamabad (24 morts), le plus meurtrier depuis 2008 dans la capitale. Il n'a pas été possible de confirmer le bilan de ces raids de sources indépendantes, ni de vérifier si ces bombardements dans des régions reculées avaient fait des victimes civiles.

Les avions de l'armée pakistanaise avaient multiplié en février les raids contre des refuges du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), une coalition de groupes islamistes armés qui s'était engagée par la suite à respecter un cessez-le-feu pour relancer les pourparlers de paix.

Le TTP a refusé la semaine dernière de reconduire ce cessez-le-feu sans toutefois abandonner le processus de paix qui laisse de nombreux analystes sceptiques.

Quatre morts dans un attentat

Par ailleurs, un attentat-suicide a tué quatre personnes, dont un haut responsable de la police locale, dans un marché de Karachi (sud), ont indiqué les autorités.

Les talibans ont revendiqué cette attaque contre une des têtes dirigeantes des forces de police de Karachi accusée par les rebelles d'être responsable de la mort de plusieurs de leurs partisans.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.