Après des semaines d'atermoiement, la France a rapatrié vendredi cinq enfants de djihadistes français, "orphelins et isolés", qui se trouvaient dans le nord-est de la Syrie. Soulagement et "angoisse" des avocats de familles pour le sort des enfants toujours sur place.

Ces enfants, dont trois frères de cinq, trois et un an, sont les premiers à être rapatriés seuls de Syrie. Trois enfants ont déjà été ramenés d'Irak avec l'accord de leur mère française, Mélina Boughedir, condamnée en juin 2018 à Bagdad à la perpétuité pour avoir rejoint l'EI.

Les autorités kurdes autonomes dans le nord-est de la Syrie ont expliqué dans un communiqué avoir décidé, "à la demande de la France", de remettre jeudi ces enfants à "une délégation du ministère français des Affaires étrangères".

Les grands-parents de la fratrie, Patrice et Lydie Maninchedda, avaient imploré en février le président Emmanuel Macron d'avoir "l'humanité" de les rapatrier d'urgence. Leur fille, Julie Maninchedda, 26 ans, avait été tuée six mois auparavant avec son second mari, un Marocain du groupe Etat islamique, et son quatrième enfant.

Suivi médical et psychologique

L'AFP avait rencontré ces enfants le mois dernier, dans le froid et la boue du camp de déplacés d'Al-Hol. Le plus jeune avait le visage strié de cicatrices dues à un bombardement.

"Nous sommes heureux de savoir que nos petits-enfants sont désormais entre les mains de professionnels de la petite enfance", ont déclaré les grands-parents qui vivent dans le Nord. Ils se disent "impatients" de pouvoir "les serrer dans (leurs) bras".

Les cinq enfants "font l'objet d'un suivi médical et psychologique particulier et ont été remis aux autorités judiciaires", a annoncé le ministère des Affaires étrangères. Quatre sont "à peu près en forme" mais le cinquième, "blessé", est dans "un mauvais état de santé", a-t-on indiqué de source diplomatique.

Marie Dosé, avocate de la famille d'une des enfants rapatriés, âgée de 5 ans, s'est dite "partagée entre l'immense soulagement de voir cette petite fille revenir ici et la terrible angoisse de savoir tous ces enfants encore sur place".

Seuls les enfants

En Syrie, les cinq enfants étaient dans des familles d'accueil ou des camps, tous orphelins au moins de mère même si l'incertitude subsiste sur le sort de certains pères, selon une source diplomatique. Ils sont rentrés à bord d'un avion de l'armée de l'air française.

Des familles qui militent en France pour le retour de ces enfants, soulignent qu'ils sont victimes d'une situation qu'ils n'ont pas choisie. Les autorités françaises tardaient jusqu'à présent à organiser des rapatriements.

Mercredi, Emmanuel Macron a ainsi évoqué depuis Nairobi "une approche humanitaire", "au cas par cas (...) menée, en particulier en lien avec la Croix-Rouge internationale". Des propos qui ont suscité des réactions indignées au sein du Collectif familles unies, qui regroupe 70 familles françaises dont des proches ont rejoint un territoire tenu par le groupe État Islamique.

D'autres enfants pourraient "être ramenés au cas par cas", mais "en aucun cas on envisage de ramener la mère et l'enfant", selon le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nunez. Car Paris reste inflexible au sujet des adultes: "Ils doivent être jugés sur le territoire où ils ont commis leurs crimes", a souligné le ministère, invoquant "une question de justice et de sécurité à la fois".

Geste "a minima"

En France, pays occidental le plus touché par les attentats perpétrés au nom de l'EI, le sujet est sensible. Selon un sondage publié fin février, 89% des Français se disent "inquiets" d'un éventuel retour des djihadistes adultes, et 67% se disent favorables à laisser la Syrie et l'Irak prendre en charge les enfants.

Les initiatives se sont récemment multipliées en faveur des enfants de djihadistes, dont nul ne connaît avec certitude le nombre. Ils seraient plus de 3500 originaires d'une trentaine de pays dans les camps de déplacés, selon l'ONG Save The Children. Fin février, au moins 80 enfants français se trouvaient aux mains des forces arabo-kurdes, selon des estimations de sources françaises non confirmées par les autorités.

Ce rapatriement est "un geste humanitaire a minima" qui permet de "contourner la problématique du retour des mères", ont regretté auprès de l'AFP William Bourdon et Vincent Brengarth, avocats de Françaises retenues en Syrie.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.