Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A l'impossible, nul n'est tenu ! Marco Chiudinelli n'a pas les moyens aujourd'hui de battre un véritable spécialiste de terre battue.

Tombé au 361e rang mondial, le Bâlois a eu peut-être les yeux plus gros que le ventre à Gstaad en acceptant la wild card délivrée par les organisateurs. Il n'a, en effet, pas eu l'ombre d'une chance au 1er tour devant Federico Delbonis (ATP 68). Il s'est incliné 6-4 6-2 après 62 minutes de jeu et après avoir seulement inscrit 7 points à la relance...

"Bourreau" de Roger Federer en 2013 à Hambourg et de Stan Wawrinka en mai dernier au Geneva Open, Federico Delbonis n'a couru aucun danger lors de ce premier tour. Le gaucher argentin a signé le break très tôt dans le set - au troisième jeu dans les deux manches - pour s'offrir un beau huitième de finale contre l'Autrichien Dominic Thiem (ATP 24), titré dimanche soir à Umag.

Incapable de passer deux tours à Gstaad lors de ses sept précédentes apparitions, Marco Chiudinelli tentera de se consoler en double aux côtés d'Adrian Bossel. A 33 ans bien passés, il refuse toutefois d'abdiquer. Le feu sacré est apparemment toujours là. Avant de venir à Gstaad, le Bâlois s'était aligné ces deux dernières semaines à Newport aux Etat-Unis et à Bogota. Opéré au coude après la finale de la Coupe Davis, il a retrouvé le chemin des courts à la mi-mai. Il espère figurer à nouveau parmi les 150 meilleurs mondiaux d'ici la fin de l'année.

Victorieux cette année de deux Challengers sur terre battue et artisan de la qualification de l'Argentine pour la demi-finale de la Coupe Davis à la faveur de ses succès sur Thomaz Bellucci au premier tour contre le Brésil et sur Viktor Troicki en quart de finale face à la Serbie, Federico Delbonis peut nourrir les plus grandes ambitions dans l'Oberland. Son jeu semble se marier parfaitement avec les particularités de l'altitude.

ATS