Navigation

Passager expulsé d'un vol United à Chicago: deux policiers renvoyés

Le passager avait été évacué de force juste avant le décollage de l'aéroport d'O'Hare à Chicago (archives). KEYSTONE/AP/Nam Y. Huh sda-ats
Ce contenu a été publié le 18 octobre 2017 - 02:35
(Keystone-ATS)

Chicago a révélé mardi avoir renvoyé deux policiers impliqués dans l'incident très controversé qui avait eu lieu en avril, lorsqu'un passager avait été violemment exclu d'un avion de la compagnie United Airlines. La scène avait été filmée par d'autres passagers.

Ce médecin américain de 69 ans avait été débarqué par la police à l'aéroport O'Hare de Chicago le 9 avril d'un vol "surbooké" en partance pour Louisville, dans le Kentucky. La scène filmée avait fait le tour d'Internet et entraîné une vague de condamnation internationale.

La ville de Chicago a mené une enquête interne sur le comportement des policiers à l'origine de cet incident. Deux des quatre agents impliqués ont été renvoyés tandis que les deux autres ont été suspendus pendant cinq jours.

Passager pas content

Ces deux derniers avaient été à l'origine "de fausses déclarations" pour l'un et "d'importantes omissions" pour l'autre. L'un d'entre eux a décidé de démissionner de ses fonctions.

"Les employés du département de l'aviation de Chicago (CDA) ont mal géré une situation non menaçante", assure le rapport d'enquête. L'avocat du passager débarqué a assuré que son client n'était "ni vindicatif ni content des conclusions" de cette enquête.

United Airlines avait conclu un accord à l'amiable avec lui et annoncé une série de mesures contre la surréservation dans l'espoir de tourner la page de cet épisode qui a entaché sa réputation.

Le "surbooking" est une technique commerciale permettant aux compagnies aériennes de vendre davantage de sièges que n'en contient l'appareil en anticipation d'éventuelles annulations.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article