Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La météo n'était pas au rendez-vous de la Patrouille des Glaciers cette année. La course a dû être interrompue samedi matin peu avant 04h30 en raison du manque de stabilité du manteau neigeux. Une des deux épreuves de la semaine dernière avait déjà été annulée.

Les températures relativement élevées - MeteoNews parle de nuit tropicale dans certaines vallées à foehn - et le manque de regel ont engendré une mauvaise stabilité du manteau neigeux. "Des guides et techniciens postés tout au long du parcours ont relevé des mouvements dans la neige", a indiqué à l'ats le colonel David-André Beeler, chef de la communication de la Patrouille.

Les équipes, d'abord regroupées à Arolla, puis transférées à Verbier, étaient certes déçues et frustrées, mais ont montré un grand respect devant la décision de l'armée, a témoigné le colonel Beeler. Et d'ajouter: "C'est la montagne".

Les premières patrouilles parties de Zermatt étaient parvenues au Pas du Chat (2581 m d'altitude), entre le Col de Riedmatten et la Barma, après environ 35 km d'effort. Sur 417 équipes parties de Zermatt, 28 avaient dépassé Arolla avant l'interruption de la course.

Privés de Patrouille Aérienne Suisse

L'armée suisse qui organise la Patrouille des Glaciers depuis 1943, n'a pas renoncé aux festivités qui entourent toujours ce rendez-vous biennal. La cérémonie finale a toutefois été privée de la démonstration de la Patrouille Aérienne suisse qui devait la conclure, en raison des fortes rafales de vent.

La première course de Zermatt à Verbier avait déjà dû être interrompue dans la nuit de mercredi à jeudi en raison de mauvaises conditions météorologiques. Le plus petit parcours, partant d'Arolla, avait pu être maintenu. Des 425 patrouilles ayant pris le départ dans le Val d'Hérens, 420 ont franchi la ligne d'arrivée dans le Val de Bagnes.

La prochaine édition est agendée en 2014, 30e anniversaire de la reprise de la Patrouille en 1984. Interrogé sur un éventuel changement de date, le colonel Beeler se dit assez convaincu de rester fidèle au principe d'une course environ deux semaines après Pâques.

ATS