Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Si les géants bâlois Roche et Novartis enregistrent chacun des chiffres d'affaires parmi les plus élevés du secteur pharmaceutique à l'échelle mondiale, ils sont moins bien classés en matière de rentabilité (archives).

KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

(sda-ats)

Les géants helvétiques Roche et Novartis se sont maintenus dans le peloton de tête des principales sociétés du secteur pharmaceutique à l'échelle mondiale l'an dernier. En matière de rentabilité, trois groupes américains occupent toujours les trois premiers rangs.

Avec un chiffre d'affaires équivalent à près de 40 milliards d'euros (53 milliards de francs selon le rapport annuel), Roche a conservé sa seconde place derrière l'indémontable Pfizer selon un classement publié lundi par la société de conseil aux entreprises EY. Novartis (29 milliards d'euros ou 49 milliards de dollars comptabilisés) en revanche a cédé sa cinquième position au groupe français Sanofi.

En matière de rentabilité opérationnelle, les mastodontes américains affichent toujours une insolente domination. La palme est ainsi une nouvelle fois revenue à Gilead et sa marge Ebit de plus de 55%. Cette dernière a néanmoins fondu de quatre points de pourcentage, sous l'effet de la levée de boucliers contre la tarification de son traitement contre l'hépatite C ainsi que de l'arrivée d'une concurrence nouvelle pour ce produit.

Son dauphin aux racines genevoises Biogen a également essuyé un recul de près de 4 points de sa marge d'exploitation, à 46,4%. Amgen complète le trio de tête avec 45,6%. Le géant danois de l'insuline vient chatouiller la suprématie américaine avec une marge de 44,1%, en hausse de 0,4 point.

Roche se classe en sixième position (30,4%) et Novartis en 17e (18,5%). Les deux multinationales rhénanes figurent dans la première moitié de tableau des sociétés les plus dispendieuses en matière de recherche et de développement, avec respectivement 20,8% et 23,1%.

Les auteurs de l'étude soulignent par ailleurs une dépendance croissante des groupes pharmaceutiques à leurs "moteurs de ventes" (soit les médicaments générant plus d'un milliard de dollars de revenus par année). Chez Roche, les médicaments jouissant de ce statut ont légèrement accru leur contribution à 26,6 milliards d'euros (68,0% du total), alors qu'ils ont modérément reculé chez Novartis à 14,5 milliards (49,5%).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS