Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En moyenne, 350 animaux, dont 208 chats, ont été recueillis chaque semaine l'an dernier dans les refuges et centres d’accueil de la Protection suisse des animaux (PSA). Leur nombre est resté à peu près identique à celui de l’année 2013.

Les 65 sections de la PSA ont recueilli au total 18'201 animaux, a annoncé l'organisation lundi. Le recul de 3% est minime et se situe au niveau des variations usuelles et attendues. Plus de la moitié de tous les animaux ont été admis dans des refuges suite à un abandon.

Comme les années précédentes, le nombre des chiens recueillis a légèrement reculé (-152). Pour la deuxième année consécutive, le nombre de chats pris en charge dans des refuges a aussi fléchi (-741, soit -6%), tout en restant élevé.

Fait réjouissant, le taux d’animaux qu’il a été possible de placer dans de nouveaux foyers est resté inchangé à 68%. Ainsi, 1604 chiens, 7702 chats, 2024 rongeurs et 1006 autres animaux ont trouvé un nouveau domicile.

Des solitaires épris de liberté

L'an dernier, plus de 60% des animaux des refuges étaient des chats, ce qui équivaut à 11 ́583 individus, soit à 32 chats par jour pris sous la garde de sections de la PSA. Près de la moitié de ces animaux, 3% de plus que l’année précédente, étaient des animaux trouvés.

La proportion de chats est donc également supérieure à la moyenne parmi les animaux trouvés. Rien d’étonnant à cela: en effet, les mistigris gardent leur nature d’indépendants individualistes, rappelle la PSA. Même le minet le plus fidèle et le plus câlin peut mettre fin, du jour au lendemain, à la relation avec son détenteur et disparaître définitivement sans autre forme de procès.

On estime que près de 1,4 million de chats mâles et femelles vivent en Suisse, un million d’entre eux environ pouvant sortir régulièrement. Chaque année, des milliers d’animaux de compagnie disparaissent sans laisser de traces, en grande majorité des chats. Contrairement aux chiens, pour lesquels une identification et un enregistrement sont obligatoires, il n’est pour l’heure possible d’identifier qu’un chat sur dix à l’aide d’une puce électronique.

La PSA incite à doter les chats libres d’aller où bon leur semble d’une puce électronique. Ce marquage est loin d’être inutile: la statistique montre que seulement deux chats sur dix ayant trouvé refuge ont pu être rendus à leurs propriétaires initiaux.

ATS