Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Union suisse des arts et métiers (usam) vient une fois de plus à la rescousse du trafic routier. L'usam accuse le Conseil fédéral de favoriser le rail au détriment de la route. Or le réseau routier a aussi besoin d'aménagements, le coût économique des embouteillages atteignant près de 1,5 milliard de francs par an, selon l'usam.

La route est "une artère vitale pour les PME", l'acheminement des marchandises et l'approvisionnement de l'économie à l'échelle locale s'effectuant principalement par ce biais. Or deux projets actuellement discutés dans les commissions parlementaires négligent cette forme de transport tout en avantageant le rail, a dénoncé l'usam mardi devant les médias à Berne.

L'usam s'oppose dès lors au projet d'augmentation du prix de la vignette autoroutière de 40 à 100 francs par an. "Le taux d'autofinancement de la route est aujourd'hui déjà supérieur à 100%. Malgré tout, ses usagers se voient encore frappés par des charges excessives d'impôts et de taxes", déclare Hans-Ulrich Bigler, directeur de l'usam.

La mobilité globalement plus coûteuse

Le mois dernier, la commission compétente du National a proposé un compromis à 70 francs. Il y a trois ans, près de la moitié des quelque 600 PME romandes sondées acceptaient un doublement du prix de la vignette autoroutière pour financer de nouveaux tronçons routiers. En l'état, cette solution n'était alors pas retenue par l'usam.

Autre projet contesté par l'organisation faîtière des 300'000 petites et moyennes entreprises de Suisse, le projet de financement et d'aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF). Si l'usam se dit satisfaite du rejet par le gouvernement de l'initiative de l'ATE "pour les transports publics", elle estime que le contre-projet que représente le FAIF ne constitue pas une solution à ses yeux.

La mobilité devient ainsi globalement plus coûteuse, ce qui touche de plein fouet les PME, tributaires de la route. Le directeur de l'usam estime choquant de trouver dans le projet du gouvernement des propositions concrètes sur le financement et l'aménagement de l'infrastructure ferroviaire, alors que rien de comparable n'apparaît pour l'infrastructure routière.

ATS